Les banques centrales s’unissent contre le coronavirus

Par Olivier Pinaud
La Fed, la BCE et quatre autres banques centrales ont annoncé hier soir une action coordonnée pour assurer la liquidité des marchés.
Jerome Powell, président de la Fed (Crédit photo : FED)

Les banques centrales se coordonnent pour lutter contre l’impact de l’épidémie de coronavirus sur l’économie mondiale et les marchés financiers. La Réserve fédérale, la Banque centrale européenne, la Banque du Canada, la Banque d'Angleterre, la Banque du Japon et la Banque nationale suisse ont révélé hier soir une action coordonnée visant à renforcer la fourniture de liquidités. Leurs dernières actions communes remontent aux crises de 2008 et de 2011.

Ces six banques centrales se sont ainsi accordées pour abaisser de 25 points de base le prix des accords permanents de swap de liquidité en dollars. «Afin d'accroître l'efficacité des lignes de swap pour la fourniture de liquidités à terme, les banques centrales étrangères qui effectuent régulièrement des opérations de liquidité en dollars américains ont également accepté de commencer à offrir des dollars américains chaque semaine dans chaque juridiction avec une échéance de 84 jours, en plus des opérations à une semaine actuellement proposées», ajoute le communiqué. Ces mesures prendront effet dans la semaine du 16 mars et «resteront en place aussi longtemps que nécessaire pour soutenir le bon fonctionnement des marchés de financement en dollars américains».

Selon les banques centrales, ces «lignes de swap sont des facilités permanentes disponibles et constituent un important filet de sécurité en matière de liquidité pour atténuer les tensions sur les marchés de financement mondiaux, contribuant ainsi à atténuer les effets de ces tensions sur l'offre de crédit aux ménages et aux entreprises, tant au niveau national qu'à l’étranger».

Pour appuyer ce geste, la Fed a annoncé en parallèle une nouvelle baisse de ses taux d'intérêt, dix jours après une première intervention. La fourchette des Fed funds est abaissée entre 0% et 0,25%. Elle sera maintenue à ce niveau tant que la Fed ne sera pas «convaincue que l'économie a résisté aux événements récents et qu'elle est en bonne voie pour atteindre ses objectifs maximums en matière d'emploi et de stabilité des prix». De même, «pour soutenir le bon fonctionnement des marchés des titres du Trésor et des titres adossés à des créances hypothécaires d'agences qui sont au cœur du flux de crédit aux ménages et aux entreprises, elle augmentera dans les mois à venir ses avoirs en titres du Trésor d'au moins 500 milliards de dollars et ses avoirs en titres adossés à des créances hypothécaires d'agences d'au moins 200 milliards de dollars».

L’intervention coordonnées des banques centrales intervient alors que les Etats peinent à s’entendre sur des mesures communes.