Les assureurs vont davantage externaliser la gestion d’actifs obligataires spécialisés

Laurence Marchal

Plus de la moitié des assureurs en Europe (52 %) prévoient un recours accru aux sociétés de gestion externes pour leurs allocations aux obligations cotées non investment grade, selon un sondage de Cerulli. De plus, 47 % envisagent de faire davantage appel aux gérants externes pour leurs expositions en dette privée.

« Nos études montrent que la dette subordonnée/mezzanine, la dette émergente et la dette immobilière commerciale sont les domaines dans lesquels les assureurs sont les plus susceptibles de confier de nouveaux investissements à des gestionnaires externes », expose André Schnurrenberger, directeur général, Europe, chez Cerulli. « Les gestionnaires d'actifs qui peuvent fournir le savoir-faire et l'expérience nécessaires pour gérer des investissements obligataires plus spécialisés peuvent s'attendre à une demande accrue de la part des assureurs », poursuit-il.

Face à la fin de l'ère des taux bas et à la perspective d’une inflation élevée persistante, les compagnies d'assurance européennes revoient leurs stratégies d'investissement. Cela les pousse à étudier des segments tels que la dette des marchés émergents et la dette privée.

Cerulli estime que les actifs d'assurance externalisés à des gestionnaires tiers non captifs ont atteint environ 1.500 milliards d'euros à la fin de 2021, soit 16,9 % du total des actifs du compte général. Cela représente une croissance des actifs externalisés de 4,1 % d'une année sur l'autre, dépassant la croissance de 3,1 % du total des actifs d'assurance du compte général en Europe. Cerulli prévoit que les actifs externalisés atteindront près de 1.700 milliards d'euros d'ici 2026.