Les actifs sous gestion « durables » vont plus que quadrupler d’ici 2025

Adrien Paredes-Vanheule
Leur part dans les encours totaux de la gestion d'actifs mondiale passera de 3,4% à 12%.
(Pexels - Singkham)

Selon une étude menée par le consultant Casey Quirk, filiale de Deloitte, les encours sous gestion investis de façon durable dans le monde atteindront 13.000 milliards de dollars d’ici 2025. Un montant qui serait plus de quatre fois supérieur aux 2.800 milliards de dollars d’encours durables identifiés fin 2020 par le consultant.

Cette croissance sera propulsée par plusieurs facteurs dont la demande des clients particuliers, les exigences réglementaires de plus en plus fortes en matière de reporting extra-financier mais aussi l’adoption de la gestion durable qui s’étend parmi les institutionnels et les intermédiaires financiers.

Casey Quirk calcule que ces 13.000 milliards de dollars devraient représenter environ 12% des encours totaux de la gestion d’actifs mondiale en 2025 là où ils ne formaient que 3,4% de ces encours fin 2020. Cette projection suggère une croissance organique du marché des fonds durables de l’ordre de 3.200 milliards de dollars, des conversions de stratégies représentant 5.600 milliards de dollars d’encours et une appréciation de marché de 1.300 milliards de dollars.

L’Europe en pointe

Pour Casey Quirk, l’Europe sera en première ligne de ce phénomène et la région Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA) devrait rassembler presque les trois-quarts des encours totaux investis durablement à travers le monde en 2025, soit 9.500 milliards de dollars (contre 2.200 milliards de dollars fin 2020). Les Etats-Unis ne rassembleraient que 2.500 milliards de dollars d’encours (contre 400 milliards de dollars fin 2020) et la région Asie-Pacifique 1.000 milliards de dollars (contre 200 milliards de dollars fin 2020).

Concernant la collecte de 3.200 milliards de dollars estimée d’ici 2025 par Casey Quirk dans les fonds durables à travers le monde, le consultant estime qu’1.800 milliards de dollars proviendront de la région EMEA, 1.000 milliards des Etats-Unis et 400 milliards de la région Asie-Pacifique