L’engagement ESG du CAC 40 déçoit les investisseurs

Bruno de Roulhac
Si la prise de conscience est réelle sur le climat et l’égalité femmes-hommes, les mesures concrètes restent insuffisantes, selon le FIR.

Déception. Le CAC 40 a encore bien des efforts à faire en matière d’ESG (environnement, social et gouvernance), selon le Forum pour l’investissement responsable (FIR). Il a lancé pour la première fois l’an dernier, une campagne de 12 questions écrites sur des sujets ESG à l’occasion des assemblées générales du CAC 40. A chaque réponse, le FIR a attribué une note allant de zéro à trois étoiles. Moins d’un tiers des réponses ont obtenu une note d’au moins deux étoiles. «Beaucoup de réponses sont décevantes, peu élaborées et n’ont pas été à la hauteur de nos attentes», regrette Alexis Masse, président du FIR, rappelant que le dialogue entreprises investisseurs est «fondamental».

Point positif, toutes les sociétés de l’indice ont répondu, mais celles de droit étranger ressortent en queue de classement (Airbus, ArcelorMittal) avec EssilorLuxottica, tandis que Schneider Electric arrive en tête, suivi par Orange, BNP Paribas, Crédit Agricole et Michelin.

Sur les sujets climatiques«une prise de conscience a eu lieu», reconnaît Alexis Masse. Toutefois, les sociétés peinent à expliquer l’alignement de leur plan d’affaires sur le scénario climatique, en proposant un plan de transformation et des jalons. Seules cinq sociétés communiquent un montant d’investissement.

En matière d’égalité femmes-hommes, les plans d’actions ne semblent pas très clairs pour la moitié du CAC 40. Seules cinq sociétés ont intégré ce critère dans la rémunération variable de leurs dirigeants.

Alors que l’offre de fonds responsables est particulièrement riche en France, le FIR ne comprend pas qu’ils ne soient pas proposés pour l’épargne salariale.

Trois sujets restent encore embryonnaires. En matière de biodiversité, «aucune entreprise n’a une prise en compte directe et indirecte, assez robuste, avec un plan et des actions concrètes», constate Caroline Le Meaux, présidente de la commission Dialogue & Engagement du FIR. Or, les investisseurs sont très demandeurs. Les sujets du salaire «décent» et de la responsabilité fiscale des entreprises, avec un mode de redistribution par l’impôt le plus efficient possible, sont encore peu étudiés.

Quant à la publication de l’avis des partenaires sociaux sur la déclaration de performance extra-financière, non obligatoire, personne ne le fait et l’immense majorité élude la question.

Le FIR vient de lancer la campagne 2021, avec les mêmes points – pour mesurer l’évolution – en ajoutant deux questions sur le lobbying responsable et sur l’économie circulaire.