L’embouteillage dans le canal de Suez porte un coup au commerce mondial

Xavier Diaz
Déjà affectée par la crise sanitaire, la chaîne d’approvisionnement mondiale est fragilisée par l’accident de l’Ever Given.
Le porte-conteneurs Ever Given coincé dans le canal de Suez. (Bloomberg.)

Près d’une semaine après s’être mis en travers du canal du Suez, le porte-conteneurs MV Ever Given de 400 mètres de long bloque toujours cette voie maritime stratégique entre l’Europe et l’Asie. Les opérations de sauvetage pourraient prendre plusieurs jours. Près de 400 navires sont en attente de passage.

Cette situation exceptionnelle a déjà des conséquences sur certains tarifs de fret. Les prix du transport de pétrole et de produits raffinés, en provenance de Méditerranée (Libye, Mer Noire…), auraient doublé, selon Reuters. Cela a également un impact sur les prix du pétrole qui ont grimpé de plus de 6% depuis le début de l’incident. Cette hausse semble moins affecter le transport de gaz car la demande est moins importante en cette saison.

Si le canal de Suez est un axe stratégique pour les hydrocarbures, il l’est aussi pour les porte-conteneurs. David Thébault, responsable marchés financiers chez Upply, un spécialiste du transport, s’attend à ce que incident affecte une chaîne d’approvisionnement déjà sous tension en raison de la crise du coronavirus mais pas à une envolée des prix du fret: «Une hausse des prix à court-terme n’est pas certaine. En revanche cela va aider à maintenir les niveaux élevés actuels et compenser la hausse des capacités». Les prix ont augmenté sur la voie Asie-Europe de 91% sur un an à février 2021 en raison de la pandémie mais aussi des congestions dans certains ports, selon les prix agrégés par Upply.

«Une des conséquences immédiates va être de rallonger les délais de transport, poursuit David Thébault. De nombreux navires ont déjà dévié leur route pour passer par le cap de Bonne espérance, ce qui accroît de 8 à 10 jours ce temps, avec un coût supplémentaire en fuel». A cette augmentation de la surcharge de carburant s’ajoutera une surcharge de congestion. Une fois l’Ever Given renfloué, la situation mettra du temps à revenir à la normale dans le canal et cela risque de provoquer une congestion dans les ports de destination et réactiver la pénurie de conteneurs.

«Le coût pour le commerce mondial de chaque semaine de blocage du canal est compris entre 6 et 10 milliards de dollars», estiment les économistes d’Euler Hermes. Cette voie maritime représente 13% du commerce mondial. Cela s’ajoute aux perturbations de la chaîne d’approvisionnement depuis le début de l’année (pénurie de conteneurs, de semi-conducteurs…) qui devraient affecter la croissance du commerce mondial de l’ordre de 1,4 point, soit 230 milliards de dollars, selon ces économistes.