Le green bond français suscite une très forte demande

Le Trésor a placé 7 milliards d'euros à un taux supérieur à celui d'une obligation classique à échéance similaire. La sursouscription explique notamment ce rendement plus élevé.

L'obligation verte émise par le Trésor a connu un succès très marqué sur les marchés mardi, selon un bilan tiré par l'une des banques chef de file de l'opération. Le placement de 7 milliards d'euros de "green bonds" à échéance 2039, a suscité une demande plus de trois fois supérieure des investisseurs, de l'ordre de 23,5 milliards d'euros. Cette sursouscription a permis de fixer un rendement supérieur à celui d'une obligation "classique" de l'Etat français, soit 1,25% sur la souche à échéance mai 2036.

La France est le deuxième Etat après la Pologne en décembre à émettre des obligations vertes destinées au financement de projets environnementaux. Les montants sont toutefois bien supérieurs avec le greenbond français : la Pologne n'avait émis que 750 millions d'euros.

Début janvier le gouvernement évoquait une émission "benchmark", de taille minimale pour être répertoriée dans les grands indices obligataires, soit au moins 2,5 milliards d'euros.