Le désir d'épargner salariale progresse chez les travailleurs

La future réforme de la retraite et la pandémie semblent les avoir influencés, puisque l'anticipation des imprévus et la préparation de la retraite sont leurs priorités.
(Pexels)

Le spécialiste de l'épargne salariale Epsens est allé sonder les travailleurs français sur leur comportement d'épargne (1). Première observation de l'étude, le comportement d'écureil de nos compatriotes se confirme, puisque 42% des sondés envisagent de renforcer leur épargne dans l'année qui vient, soit 3 points de plus que l'année précédente. Un désir motivée par l'anticipation des imprévus (46%) et la préparation de la retraite (38%). 

Secondo, les épargnants salariaux sont 23% à penser qu'un rendement minimum de 2% - donc impossible à atteindre avec les produits d'épargne réglementée - est nécessaire pour maintenir leur pouvoir d'achat. Ils sont cependant plus nombreux à être dans l'incapacité de se situer un niveau de rendement cible (30%). 

S'ils sont encore nombreux à ne pas être sûr du bon niveau de thésaurisation, ils sont beaucoup moins à ne pas connaître l'épargne salariale : seuls 16% d'entre eux ne sont pas au fait de son existence, contre 20% l'an passé. Attention cependant, connaître le principe ne veut pas dire connaître les subtilités. Seuls 23% des salariés savent spontanément que l'épargne salariale consiste en une redistribution d'une partie des bénéfices ou résultats de l'entreprise. 51% ne savent pas qu'ils peuvent ajouter leurs économies personnelles sur leur plan d'épargne salariale et 60% ne savent pas qu'il est possible de transformer des congés ou RTT en épargne. 

Autre enseignement, attendu celui-ci, l'appétence pour la prise de risque est modérée : 30% des détenteurs d'épargne salariale placent au moins la moitié de leur épargne globale sur des produits d'épargne réglementés. Pour autant, ils n'y sont pas complètement averses, car 52% dentre eux sont prêts à prendre plus de risques si ce risque ne vaut que pour une partie de l'épargne. 

Enfin, près de trois répondants sur cinq indiquent avoir besoin d'une aide au placement de leur épargne pour en avoir une vision consolidée. Plus d'un répondant sur deux manifeste un intérêt pour les placements responsables, qu'ils concernent l'économie locale (58%), l'environnement (55%) ou les projets sociaux (51%). 

(1) Enquête réalisée auprès de 500 répondants représentatifs des travailleurs français du 25 au 28 mai 2021