Le Crédit Agricole veut verdir l’économie du quotidien

Bertrand De Meyer
Le groupe a présenté des engagements sociétaux qui ont vocation à prendre corps dans l'opérationnel.

Le groupe Crédit Agricole a présenté mercredi des engagements sociétaux centrés sur la transition climatique, le renforcement de la cohésion et de l’inclusion sociale et la réussite des transitions agricole et agroalimentaire. Trois grandes lignes qui se traduisent dans dix engagements concrets pour «passer de la responsabilité rajoutée à une responsabilité naturellement intégrée dans toutes nos activités», résume Philippe Brassac, directeur général de Crédit Agricole SA.

En plus des engagements collectifs (Net Zero Banking Alliance, Net Zero Asset Owner) et de ses propres engagements sur le climat (fin du financement direct des projets pétroliers dans l’Arctique par exemple), la banque veut rendre accessible l’épargne responsable. Elle lancera une gamme de livrets d’épargne «verts» en 2022 et un plan d’épargne «vert» en 2023 qui «permettra aux clients d’épargner pour mener leur propre projet de transition énergétique», explique Michel Ganzin, directeur général adjoint de Crédit Agricole SA.

Bornes de recharge pour voitures électriques dans les agences

Le groupe va aussi équiper ses 8.000 agences en France de bornes de recharge pour les voitures électriques, représentant un investissement de plus de quarante millions d'euros. La banque a par ailleurs annoncé la levée d’un fonds de private equity et de dette paneuropéenne d’un milliard d’euros visant à financer la transition du secteur agricole et agroalimentaire européen «de la semence à la fourchette».

Le renforcement de l’inclusion sociale passera, entre autres, par une hausse de 25% de ses alternants et stagiaires (50.000 en France et à l’international d’ici 2025) et un pourcentage de femmes cadres supérieures compris entre 30% et 40% à horizon 2025. Selon les entités du groupe, il se situe entre 25% et 30% à l’heure actuelle.

Afin de rendre compte de ses engagements, le Crédit Agricole veut intégrer des critères de performance extra-financière (ESG) dans 100% de l’analyse de ses financements aux entreprises et aux agriculteurs. «Nous allons construire un outil et l’industrialiser pour qu’il ne concerne pas que les grandes entreprises mais l’ensemble de notre clientèle à terme», décrit Raphaël Appert, vice-président de Crédit Agricole SA. L’idée est d’ouvrir le dialogue avec les entreprises pour pousser les investissements vers la transition. Surtout, il veut porter à l’échelle du groupe, dès 2022, l’indice d’engagement sociétal, construit à l'aide d'un questionnaire auquel répondent les clients, déjà utilisé dans une trentaine de caisses régionales, pour suivre ses engagements.