Le capital-investissement français affiche des performances très stables

NewsManagers
Le capital-investissement français assure des rendements "qui surperforment nettement les autres classes d'actifs".

La performance du capital-investissement français depuis l'origine et mesurée à fin 2013, s'élève à 9,2%, identique à celle dégagée à fin 2012, traduisant la stabilité du rendement de cette classe d‘actifs, selon l'étude annuelle sur la performance nette des acteurs français du capital-investissement à fin 2013, publiée par l'Association française des investisseurs pour la croissance (AFIC) et EY, en association avec Thomson Reuters pour la comparaison internationale des performances françaises.

Le capital-investissement français assure des rendements "qui surperforment nettement les autres classes d'actifs. Il est également moins volatile. Preuve du cercle vertueux porté par le capital-investissement français entre allocation de l'épargne à long terme dans l'économie réelle et de proximité au service de projets de croissance, création d'emplois, et rendement financier pour ses souscripteurs », déclare Michel Chabanel, Président de l'Afic, cité dans un communiqué. Sur un horizon de 10 ans la performance est même de 10,7% et surperforme les marchés d'actions cotées qui affichent des rendements de 5,5% pour le CAC40 et 6,6% pour le CAC All-Tradable (ex SBF 250) à fin 2013. Le marché obligataire et celui de l'immobilier affichent quant à eux respectivement des progressions de 5,4% et 7,2%.

La performance globale du capital-investissement français reste contrastée selon les métiers. Sur une période de 10 ans, elle reste portée par le capital-transmission et, dans une moindre mesure, par le capital-développement dont les rendements respectifs sont de 16,1% et de 5%. Si sur la décennie le rendement moyen du capital-innovation est de 0,3%, il est supérieur sur des horizons plus courts : 2,5% sur 3 ans, 5,6% sur un an.

Les fonds entièrement liquidés à fin 2013 affichent une performance de 21,8% pour le capital-transmission, 5,4% pour le capital-développement, et 0% pour le capital-innovation. « Si les performances demeurent contrastées selon les métiers du capital-investissement, il y a eu, sur l'ensemble de ces métiers, une bonne tenue des prix de cession et une revalorisation des valeurs estimatives sur l'année 2013», remarque Philippe Blanadet, associé chez EY.

La France et le Royaume-Uni restent en tête des niveaux de performance et d'activité des principaux Etats européens (performance à fin 2013, depuis l'origine: France 9,2%, Royaume-Uni 11,4%).  La France présente également des performances supérieures à celles de l'ensemble des principaux Etats européens et des Etats-Unis sur un horizon de 10 ans à fin 2013, horizon de référence (France 10,7%, Europe 8,4%, Royaume-Uni 10,4%, Etats-Unis 9,5%).

La performance du capital-transmission français depuis l'origine à fin 2013 dépasse celle des zones Europe et Etats-Unis (France 14,0%, Europe 11,4%, Etats-Unis 11,5%). « La performance des fonds français sur l'horizon de référence à 10 ans est particulièrement forte en comparaison avec tous ses voisins. Le marché du capital-investissement en France se distingue par la très bonne performance de ses fonds de capital-transmission qui, avec 14% de TRI en moyenne, domine assez largement la performance de ses équivalents en Europe et même aux Etats-Unis», précise David Bernard, Directeur Produit pour la Division Banking & Research de Thomson Reuters.