Portefeuilles Types

L'Avis d'AG2R La Mondiale

AG2R La Mondiale

L’inflation accélère dans les pays développés, sous l’effet de la hausse des prix pétroliers, vers 2,5 % aux Etats-Unis et 1,7 % en zone euro en moyenne annuelle 2017. Les prix pétroliers se sont modérés au printemps alors que la hausse de la production américaine dépasse les attentes. Mais ils devraient monter vers 60 dollars le baril de Brent d’ici à la fin de l’année : la production tend à devenir excédentaire sur la demande en 2017, et surtout 2018. L’inflation hors pétrole reste modeste, vers 2 % aux Etats-Unis et 1 % en zone euro, mais elle devrait s’infléchir à la hausse avec les progrès de l’emploi.

La croissance mondiale a décéléré au premier trimestre 2017, sous l’effet d’une modération de la consommation des ménages.  Mais les enquêtes de conjoncture et le commerce extérieur sont très bien orientés dans la plupart des zones, présageant d’une accélération en cours d’année. En moyenne annuelle, elle atteindrait 3 %, soit 0,5 % d’accélération par rapport à 2016. Les Etats-Unis devraient retrouver une croissance supérieure à 2 %, la zone euro s’approcher de 2 % et la Chine rester vers 6,5 %.

Les taux d’intérêt à court terme sont orientés à la hausse aux Etats-Unis : la Réserve fédérale a atteint ses objectifs de plein emploi et d’inflation et doit organiser la remontée de ses taux directeurs. Cependant, la politique budgétaire américaine semble devoir être moins stimulante que ne l’avait promis Donald Trump. De ce fait, la hausse des taux de la Fed devrait rester prudente, au rythme de +75 pb par an. En zone euro, les taux monétaires devraient rester négatifs jusqu’à la mi-2018. La BCE s’est engagée à ne pas bouger les siens tant qu’elle achètera des obligations. Ces achats devraient se prolonger jusqu’en juin 2018. Elle doit aussi veiller à ce que les incertitudes politiques, en France mais surtout en Italie, ne conduisent à une nouvelle fragmentation financière de la zone.

Les taux à long terme sont orientés à la hausse du fait de la reflation mondiale (accélération des prix et des volumes d’activité). Mais cette progression devrait rester contenue, la reflation étant modérée. Les taux 10 ans américains devraient tendre vers 3 % à l’horizon 2018 et les taux européens vers 1,3 % (pour la France) dans le cadre d’une certaine convergence entre taux allemands (à la hausse) et italiens (à la baisse), si la situation politique italienne se clarifie.

La reflation devrait permettre une augmentation des bénéfices (+10 % au plan mondial), surtout en zone euro (+20 %, selon les analystes financiers). Les actions européennes rattrapent à cette occasion leur retard sur les performances américaines. Le secteur immobilier européen continental devrait bien résister : la hausse des taux, modeste, sera compensée par la progression des loyers tant du fait de l’inflation que de la reprise d’activité.

L’allocation d’actifs privilégie toujours les actions au détriment des obligations. Mais une partie de l’augmentation des taux longs envisageable pour 2017 a eu lieu sur les emprunts d’Etat français ou italiens, à la faveur des incertitudes politiques, et la sous-pondération obligataire est limitée.

Les portefeuilles obligataires sont plus spécialement investis sur des taux courts, pour réduire la sensibilité au relèvement des taux. La part des emprunts d’Etat, indexés sur l’inflation ou non, restera équilibrée, la cherté des titres allemands étant contrebalancée par les taux plus élevés de la France, l’Espagne ou surtout l’Italie. Les signatures privées sont relativement chères, surtout sur les titres classés en valeurs spéculatives.

Les actions européennes sont toujours surpondérées. L’indice de la zone euro reste moins cher, à 15,6 fois les résultats attendus pour 2017 et 3,3 % de taux de dividende, que celui du marché américain (18 fois les bénéfices, 2 % de dividende). L’exposition au Japon est renforcée : le yen, dont l’appréciation a pénalisé les performances boursières, semble se stabiliser et la croissance économique paraît accélérer. Sur les marchés émergents, après un excellent début d’année, la position est neutre.

 

Principaux points forts du marché

Dividendes européens supérieurs à 3 %

Accélération des résultats

Faible volatilité

Principaux points faibles du marché

Incertitudes liées aux élections européennes

Incertitudes sur la politique économique et diplomatique américaine

Effets négatifs des taux d’intérêt sur les valeurs de croissance

 

Évolution des marchés financiers depuis le 1er janvier 2016, au 09/05/17 à 17h00

CAC 40 : 5.402 / +11,11 %

DJ EuroStoxx 50 : 3.653 / +11,02 %

DAX 30 : 12.672 / +11,17 %

FTSE 100 : 7.341 / +2,78 %

S&P 500 : 2.401 / +7,26 %

Dow Jones : 21.022 / +6,38 %

Nasdaq Composite : 6.126 / +13,81 %

Nikkei 225 : 19.843 / +3,81 %