Bilan 2017

L’AMF publie ses premiers chiffres clés 2017 de la gestion d’actifs

Le nombre de sociétés de gestion de portefeuille agréées en France se maintient à 630.
Focus sur les retraits d’agrément et les créations de structures en 2017

En 2017, le nombre de sociétés de gestion de portefeuille agréées en France est stable et s’établit à 630. Un chiffre qui tient à la fois au maintien à un niveau très important du nombre de créations de sociétés (35, comme en 2016) et par un niveau historiquement élevé de retraits d’agréments (35 contre 32 en 2016, et 38 en 2015 qui enregistre un nombre record de retraits).

  • 35 retraits d’agrément

La consolidation du secteur s’est poursuivie et même accélérée en 2017. Les retraits consécutifs à des rapprochements industriels ou des réorganisations de groupe représentent une part supérieure à 63% alors que ceux liés à un défaut d’activité ne concernent désormais plus que 7 dossiers (20% en 2017, contre 28% en 2016). L’impact législatif issu du changement de statut des sociétés de gestion a été significatif. Il a été à l’origine de 9 des 35 retraits d’agrément, pour fusion, arrêt ou encore transformation en entreprise d’investissement pour l’une d’entre elles.

Le statut des SGP
Les sociétés de gestion qui réalisent au moins une activité de gestion collective relevant d’une des directives européennes sectorielles OPCVM ou AIFM (de manière partielle ou intégrale) ne sont plus considérées comme des entreprises d’investissement depuis le 3 janvier 2018.
  • 35 créations de structures

Les créations de sociétés de gestion sont une nouvelle fois portées par le capital investissement et l’immobilier qui représentent 66% des projets (23 sur 35) avec cependant un retour marqué des gestions sophistiquées (20%) portant sur des stratégies à fort prisme quantitatif notamment. Restent les gestions traditionnelles (gestion privée ou gestion collective classique) pour le complément (14%). Les projets entrepreneuriaux demeurent cette année majoritaires (51% contre 60% en 2016), mais dans une moindre mesure compte tenu du nombre croissant de dossiers portés par des groupes, principalement financiers et immobiliers.