La richesse des particuliers fortunés diminue pour la première fois depuis sept ans

La richesse des particuliers fortunés à travers le monde recule de 3% en 2018, selon l'étude de Capgemini. Dégradation des marchés boursiers et ralentissement économique dans plusieurs régions sont en cause.

Par Newsmanagers

Après sept années de croissance continue, la richesse des particuliers fortunés (PF, disposant d’au moins 1 million de dollars d’actifs investissables) a diminué de 3% en 2018 et leur nombre de 0,3%, selon le World Wealth Report 2019 (WWR) publié par Capgemini (*).  Reposant principalement sur la baisse de la richesse dans la région Asie-Pacifique (particulièrement en Chine), ce ralentissement représente une perte de 2 000 milliards de dollars à l’échelle mondiale. Malgré cette situation, les sociétés de gestion du patrimoine sont parvenues à maintenir leurs niveaux de confiance et de satisfaction client tout au long de l’année. Mais pour améliorer leur performance, elles devront s’investir dans la relation client, en tirant parti de technologies nouvelle génération.

L’Asie-Pacifique s’impose comme la région la plus touchée : à elle seule, elle représente en effet 1.000 milliards de dollars de pertes, avec une population de PF en baisse de 2% et une richesse reculant de 5%. La Chine enregistre plus de la moitié (53%) des pertes de la région Asie-Pacifique, et 25% des pertes de richesse des PF au niveau mondial. Cette dernière a d’ailleurs diminué dans la grande majorité des régions : de 4% en Amérique latine, 3% en Europe et 1% en Amérique du Nord.

Le Moyen-Orient est la seule zone à avoir connu une croissance positive, aussi bien au niveau de la richesse (4%) que du nombre de PF (6%), grâce à la croissance robuste de son PIB et à la performance du marché financier. Comme l’an dernier, les marchés rassemblant le plus de PF (États-Unis, Japon, Allemagne et Chine) représentent 61% du nombre total de PF dans le monde.

Des pertes financières plus marquées chez les particuliers très fortunés (PTF, les 1% des PF les plus riches)

 Le nombre de PTF a chuté de 4%, et leur richesse de 6% environ. Ils représentent à eux seuls 75% de la perte totale au niveau mondial. Les millionnaires intermédiaires (possédant entre 5 et 30 millions de dollars US) ont représenté 20% de la baisse totale. Les millionnaires de premier niveau (possédant entre 1 et 5 millions de dollars US) qui représentent 90% de la population des PF, s’imposent comme le segment le moins affecté en 2018 : leur richesse a diminué de moins de 0,5%, ce qui montre que le recul global de la richesse et du nombre de PF a principalement touché les plus fortunés (PTF et millionnaires intermédiaires).                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           

Les liquidités/le cash devancent les actions

 La répartition des actifs a évolué de manière significative : au premier trimestre 2019, les liquidités sont devenues la catégorie d’actifs la plus détenue, représentant 28% de la richesse totale des PF, plaçant ainsi les actions en seconde position à près de 26% (soit une baisse de 5 points de pourcentage). La volatilité des marchés boursiers a également engendré une augmentation de 13% des investissements alternatifs, en hausse de 4 points par rapport à l’année précédente.

Les sociétés de gestion doivent moderniser l’expérience client

Malgré ce déclin de la richesse, la confiance et la satisfaction des PF envers leurs sociétés de gestion du patrimoine, déjà très élevées, ont augmenté de 3 points de pourcentage. Le rapport montre cependant que des opportunités de taille restent à saisir pour ces sociétés afin de mieux répondre aux attentes toujours plus fortes de leurs clients fortunés : la plupart des PF ayant changé de prestataire en 2018 l’on fait à la suite d’une mauvaise expérience client. En parallèle, les BigTechs devraient fortement bouleverser le secteur grâce à leurs capacités digitales, à l’heure où moins de la moitié des PF se disent satisfaits des plateformes mobiles et Web proposées par leurs sociétés de gestion de patrimoine et où 85% d’entre eux souhaitent plus d'interaction digitale lorsqu'ils accèdent à l'information de leur portefeuille. De plus, seuls 62% des PF interrogés se disent satisfaits des honoraires de leur gestionnaire de patrimoine principal, tandis que beaucoup souhaiteraient aujourd’hui bénéficier d’offres plus personnalisées axées sur la génération de valeur.

 Le rapport indique qu’il est désormais essentiel d’investir dans les technologies nouvelle génération pour améliorer l’expérience client. Si les dirigeants et les gestionnaires d’actifs s’accordent sur le fait que l'intelligence artificielle est un facteur clé de changement, seules 5% des entreprises interrogées affirment avoir mis en place des stratégies d’IA à l’échelle. Pour continuer de croître dans ce secteur en plein bouleversement, elles devront combler les écarts entre les attentes de leurs gestionnaires de patrimoine et de leurs clients et les moyens qu’elles fournissent, repenser leur stratégie IT et tirer parti de l’écosystème intégré.

 « Malgré l’impact de la volatilité économique sur la richesse des PF en 2018, les sociétés de gestion du patrimoine sont parvenues à maintenir des niveaux de confiance client élevés, commente Anirban Bose, directeur général des Services financiers de Capgemini et membre du Comité de Direction générale du Groupe. Mais leur succès futur dépendra de leur agilité à faire évoluer l’expérience client et à déployer des services personnalisés vecteurs de valeur ajoutée. Les technologies nouvelle génération ainsi qu’une réduction du décalage entre les attentes et les moyens les y aideront. Mais le secteur évolue à une telle vitesse que les entreprises ne doivent pas hésiter à repenser entièrement leurs stratégies et leurs modèles économiques si nécessaire. »

 

(*) Cette 23e édition se fonde sur les réponses collectées auprès de plus de 2 500 particuliers fortunés de 19 marchés en Amérique du Nord, en Amérique latine, en Europe et en Asie-Pacifique. L’étude Global HNW Insights Survey examine leurs décisions en matière d’investissements, avec par exemple leur confiance et leur satisfaction envers leurs prestataires, leur opinion concernant les honoraires, ou encore les services personnalisés. Le rapport analyse également les comportements récurrents des PF à l’échelle mondiale, qu’il s’agisse de la répartition des actifs ou de la distribution géographique de leurs investissements.