Allocation d'actifs

La pierre peut aussi être solidaire

Lancement - BNP Paribas REIM s’est associée à Cedrus & Partners pour sa nouvelle SCI résidentielle à impact.
(Adobe stock), BNP Paribas REIM et Cedrus & Partners ont décidé d’allouer entre 5 % et 10 % de la collecte à des foncières solidaires.

La thématique sociale creuserait-elle son sillon dans la gestion immobilière ? A l’image de leurs homologues actions, les gérants de la pierre-papier étaient jusqu’à présent très tournés vers l’empreinte environnementale de leurs actifs. Au détriment souvent de leur impact social. Un écart que BNP Paribas REIM et Cedrus & Partners comblent un peu avec leur nouveau produit.

Rejoindre la lutte contre le mal-logement

Les deux sociétés ont élaboré Pierre Impact, une société civile immobilière (SCI) résidentielle, à impact et solidaire. Objectif : « Accélérer l’accès au logement pour le plus grand nombre tout en s’engageant dans la lutte contre le mal-logement », avance Sébastien Roca, associé chez Cedrus & Partners. Le résidentiel composera entre 70 % et 90 % du fonds. La moitié de cette poche sera allouée à de l’acquisition en direct, l’autre à de l’investissement dans des fonds. A côté des logements, les gérants pourront choisir des actifs différenciants, « répondant à des besoins précis, comme des écoles, crèches, résidences gérées, et même un peu de bureaux et commerces de proximité », complète Fabrice Violot, directeur commercial chez BNP Paribas REIM. Il ajoute que la gestion des locataires sera aussi solidaire, « notamment dans le choix des dossiers ». Le tout en ciblant des actifs en France, surtout dans de grandes agglomérations et des zones tendues, mais en s’autorisant l’Europe si opportunités.  

Les gestionnaires du parc auront la lourde tâche d’améliorer sa performance énergétique. « Nous ferons gagner deux lettres de DPE aux logements classés E, F ou G », assure Fabrice Violot. Une stratégie résiliente, qui abaisse la note de risque de la SCI à 2 sur 7 sans restreindre ses ambitions (la performance visée est de 4 % sur 10 ans nets de frais).

Pour aller plus loin dans l’impact, les deux partenaires ont décidé d’allouer entre 5 % et 10 % de la collecte à des foncières solidaires. Ces dernières pourront ainsi investir dans des murs de manière totalement indépendante. BNP Paribas REIM pourra toutefois leur demander de rendre de la liquidité afin de respecter la poche de 10 %. « Pour éviter de mettre les foncières en difficulté avec un afflux d’argent trop important et garder une marge de manœuvre suffisante, nous visons plutôt une allocation de 7 % en cours de vie du fonds », précise Sébastien Roca. La première foncière choisie est Solifap, société d’investissement immobilière de la fondation Abbé Pierre. Son premier actif est déjà identifié : une ancienne résidence étudiante qui sera convertie en maison d’accueil l’hiver.

Pierre Impact signe un beau démarrage : elle a déjà levé 80 millions d’euros auprès de cinq assureurs (Cardif, Spirica, Suravenir, Oradéa Vie et Abeille Vie) qui ont l’exclusivité de commercialisation jusqu’à fin mars 2023. La SCI sera distribuée en assurance-vie, PER et compte titres. « Le marché des SCI s’est considérablement renforcé ces dernières années avec l’arrivée de produits thématiques, permettant aux conseillers en gestion de patrimoine d’affiner leur allocation en recourant à différentes briques, souligne Sébastien Roca. Pierre Impact se distingue car peu de sociétés civiles sont spécialisées dans le résidentiel. » Et a fortiori encore moins dans le solidaire.