La multigestion en mode contrariant

Jean-Loup Thiébaut
Le cabinet Patrimoine et développement a mis au point un fonds de fonds ouvert à l’image de ses clients.
Adobe stock

La multigestion pour compte de tiers continue son chemin dans l’univers patrimonial. Le dernier né, « Objectif Développement », a été développé par Sanso IS, pour le compte du cabinet burgien Patrimoine et Développement. Lancé début février, le véhicule compte actuellement 2,5 millions d’euros d’encours sous gestion, qui devraient être portés à 10 millions d’ici la fin de l’année.

Ce choix de créer un fonds dédié a pris forme lors de la crise des marchés de la mi-mars 2020, en pleine pandémie du Covid-19. Alors que Christian Muller et David Burdin, les deux dirigeants du cabinet, prenaient pour certains clients des positions acheteuses en actions, à contre-courant de la panique générale, leurs ordres étaient exécutés avec des temps de latence importants. Les systèmes informatiques des assureurs et leurs personnels subitement en télétravail, n’avaient pas suivi le rythme des arbitrages. « Nous avons compris qu’il nous fallait un outil plus réactif pour faire face aux aléas de marché », explique David Burdin.

Réorganiser la gestion d’actifs interne était également nécessaire pour consolider l’offre, jusqu’ici explosée entre de nombreux contrats, dont les listes de supports d’investissement diffèrent. « Cela nous posait beaucoup de problèmes, car cela nous amenait à être discriminant, notamment envers les clients qui disposaient de contrats plus anciens. Un fonds dédié permet une égalité de traitement entre les porteurs de parts », complète le dirigeant.

La philosophie d’investissement des deux CGP et de leurs clients, quelque peu contrariante, les a amenés à retenir Sanso IS. « Nous avons choisi, sur appel d’offres, la société de gestion avec laquelle nous avions le plus d’affinités, et avec laquelle nous partagions le mode de travail », indique David Burdin. Les deux CGP souhaitent que le fonds suive un indice composite, de 50 % du MSCI World dividendes réinvestis, 35 % du FTSE MTS Eurozone Government Bond 3-5 ans, et 15 % d’Euro STR Capitalisé, et puisse le battre si possible. « Pour définir l’indice de référence, nous sommes partis de l’allocation globale des portefeuilles des clients du cabinet, et avons travaillé en régression pour évaluer les expositions moyennes aux différentes classes d’actifs », précise François L’Hénoret, directeur commercial de Sanso IS.

Les gérants ont une large latitude pour piloter la stratégie. Les expositions actions et obligations peuvent aller de 0 % à 100 %, avec toutefois une limite à 60 % sur les émergents et à 50 % sur les petites et moyennes capitalisations. Ils sont également autorisés à utiliser des contrats futurs sur indices afin de réagir aux stress de marché sans se délester des sous-jacents. Ils seront par ailleurs conseillés par les deux CGP, qui les éclaireront notamment sur l’appétence de leurs clients pour le risque. Leur sélection de fonds repose, quant à elle, sur un outil interne développé par Michel Menigoz, dénommé « What the fund ». Celui-ci comprend aujourd’hui environ 5.000 références, et se base simplement sur les valeurs liquidatives pour effectuer les différentes analyses statistiques, évaluer la performance du portefeuille et produire un reporting d’attributions de performances.

L’élargissement de l’univers de fonds, au-delà des véhicules référencés par les assureurs, est l’autre composante essentielle de ce choix. Christian Muller et David Burdin, qui sont ouverts aux fonds gérés activement et aux fonds indiciels cotés (ETF), souhaitent notamment avoir accès à des sociétés de gestion spécialisées dans l’ESG par conviction et rarement accessibles aux CGP. La composition du portefeuille reflète ces préférences, puisqu’on y trouve entre autres les ETF Lyxor Green Bond et UBS (Lux) Equity Fund - China Opportunity, les fonds actions long-short Sanso ESG Market Neutral et Exane Funds 2 Exane Cristal Fund, ainsi que la stratégie Emerging Markets Small Cap de JPMorgan Funds.

Fiche technique du fonds

- Code ISIN : FR0013536505
- Prix de la première part : 100 euros
- Frais de souscription et de rachats : 2 % maximum
- Frais de gestion : 1,60 %
- Frais administratifs externes à la société de gestion (CAC, dépositaire, etc.)  : 0,30 %
- Commission de surperformance : 15 % de la surperformance annuelle du FCP par rapport à l’indice (si la performance du fonds est positive en absolu)
- Numérotation SRRI  :  4 sur 7