La Génération Z attire déjà les gérants

Le fonds Athymis Gen Z cible les comportements de consommation des adolescents
Source : Pexels

A peine arrivés à l’âge adulte et déjà oubliés ! Les millennials, nés entre 1980 et l’an 2000, sont encore les vedettes de certains gérants mais plus pour très longtemps. Cette génération Y, présentée comme plus libre et flexible que ses aînés, a façonné le monde d’aujourd’hui avec ses habitudes de consommation dites disruptives. Mais depuis, les millennials ont bien grandi et se sont assagis. Ils ont eu des enfants, acheté une maison, une voiture… Leur mode de consommation est devenu plus « mainstream » selon Stéphane Toullieux, président d’Athymis Gestion qui a bien compris que les « disrupteurs » d’hier ne seront pas ceux de demain. Pour surfer sur les innovations qui devraient bientôt modeler notre quotidien, il est parti à l’assaut de leurs successeurs : la génération Z.

Génération « Greta Thunberg »

Athymis Gen Z, son nouveau fonds d’actions internationales, mise sur les habitudes de consommation de cette jeunesse. « Elle est la première génération à être digital native et connectée en permanence. La ‘Gen Z’ représente déjà un tiers de la population mondiale », souligne le dirigeant. Là où certains pourraient voir des ados aux goûts forcément différents de ceux de leurs parents, lui préfère y voir des futurs consommateurs de masse. « Nous identifions d’abord les tendances de comportements qui se dégagent puis nous sélectionnons les entreprises qui y répondent le mieux », explique-t-il.

A première vue pourtant, les « Gen Z » ne semblent pas très différents des « Gen Y ». Leurs comportements semblent avant tout des exacerbations de ceux de leurs aînés. Alors que les millennials étaient davantage engagés pour l’environnement que leurs parents, les ados d’aujourd’hui le sont encore plus. Ils portent une attention plus forte à l’engagement sociétal des marques qu’ils achètent et à l’impact de leur propre consommation. Acheter neuf semble devenu ringard pour eux qui jurent de plus en plus par le marché de « seconde main ». Pourtant, des paradoxes se cachent dans leurs habitudes, comme leur goût pour les cryptomonnaies, décriées pour leur impact écologique.

Viser les jeunes pour parier sur l’avenir

Ces tendances socio-démographiques se traduisent chez Athymis Gen Z par une stratégie de gestion multi-sectorielle. On y retrouvera aussi bien de la tech que des réseaux sociaux (Alphabet), de la mode (Kate Spade via sa maison mère Tapestry) et même de la cyber sécurité (Palantir, Crowdstrike). Le portefeuille devrait contenir à terme une cinquantaine de valeurs, avec une exposition sur chacun des titres ne dépassant pas 2 %. L’univers d’investissement rappelle celui de l’autre fonds générationnel de la société, Athymis Millennial, lancé en 2016 et qui misait, lui, sur la génération Y. Stéphane Toullieux garantit que les deux fonds ne partageront pas plus du tiers de leurs lignes en commun et confirme que l’univers des « Gen Z » est suffisamment profond pour justifier un fonds dédié. Autre différence : Athymis Gen Z devrait prendre plus de risques que son prédécesseur. « Nous étudions des dossiers très innovants, qui présentent du potentiel sur du long terme, ce qui pourrait se traduire par plus de volatilité », confie Stéphane Toullieux.

Le président se dit toujours confiant dans l’approche thématique générationnelle, dont certaines limites ont pourtant été révélées par la standardisation de la consommation des millennials. Les « Gen Z » n’échapperont pas à la règle et se verront eux aussi rattrapés par la réalité de la vie d’adulte. Mais Athymis Gestion compte bien continuer à miser sur cette stratégie, notamment pour l’exposition multi-sectorielle qu’elle permet. « Les consommateurs font pression sur les marques. En partant des usages, on peut donc voir celles qui vont s’adapter et celles qui ne le feront pas », ajoute Stéphane Toullieux. Ou comment essayer d’avoir un coup d’avance en misant sur les consommateurs de demain.

Informations techniques : 

Code ISIN : FR0014001KS3
Prix de la part : 100 euros
Frais d’entrée : 3 % maximum non acquis au FCP
Frais de sortie : aucun
Frais courants : entre 2 % et 3 % de l’actif net
Numérotation SRRI : 6 sur 7

L'avis de l'expert

En complément de son analyse, la rédaction vous proposera désormais, pour chaque produit présenté, l'analyse d'un professionnel (CGP, banquier, fournisseur de produit...). Pour faire partie du panel de contributeurs, contactez la rédaction redaction_actifs@agefi.fr.

 

​François-Xavier Soeur - CGP - Président du cabinet Terrae Patrimoine

Les + : 

Par principe, j’apprécie les fonds d’actions thématiques. Ils permettent aux investisseurs de mieux appréhender les sous-jacents d’investissement et d’en comprendre les évolutions, à la hausse comme à la baisse. Le fonds Athymis Gen Z s’attaque justement à un sujet d’actualité très parlant : les innovations de rupture. De plus, d’un point de vue sélection de fonds, la stratégie de gestion multisectorielle issue de l’analyse d’une tendance socio-démographique est originale et différenciante.

Les - : 

Mais cette stratégie apporte-t-elle un véritable gain de performance par rapport à un indice actions monde classique ? C’est une question à trancher mais la réponse ne semble pas nécessairement positive à ce jour lorsque l’on regarde l’autre fonds d’Athymis Gestion, sur un thème similaire, « Millennials », dont la performance se rapproche beaucoup d’un indice actions monde sans surperformance claire. Par ailleurs, je regrette l’absence d’une prise de position marquée concernant l’ISR qui est pourtant une thématique importante aux yeux de la génération Z. Suivre cette tendance sans intégrer une dimension durable me semble compliqué, presque antinomique.

Mon bilan : 

Mitigé. Il convient néanmoins de suivre dans le temps ce fonds afin d’en valider la stratégie si elle permet de dégager une véritable surperformance. Au gérant à présent de nous prouver son savoir-faire et la pertinence de ses idées.