La France compte le plus de fonds « orphelins »

Une étude de Morningstar identifie les petits fonds qui semblent avoir été abandonnés par les sociétés de gestion et dont l'intérêt reste à prouver.
Fotolia

Par NewsManagers. - Avec 1.036 fonds, soit 27,6 % du marché, la France est le pays qui compte le plus de fonds « orphelins », selon une nouvelle étude de Morningstar sur ces produits qu’elle juge non viables économiquement et peu avantageux pour les investisseurs. « Dépérissant avec peu d’actifs, déconsidérés et accablés de frais élevés, ces fonds offrent un piètre résultat aux investisseurs », décrit Morningstar.

Pour étudier ce marché des fonds orphelins, la société d’analyse a identifié, parmi les 15.339 fonds en Europe affichant un historique de performance d’au moins cinq ans, ceux qui affichent des encours de moins de 100 millions d’euros et qui ont enregistré des flux nets de moins de 10 millions d’euros par an sur les cinq dernières années.

La présence de la France en haut du podium s’explique par la domination des maisons françaises dans le classement par sociétés. Ainsi, Amundi est le groupe de gestion qui dispose du plus grand nombre de fonds orphelins (102) devant Allianz Global Investors (50) et BNP Paribas (49). Dans le classement, on trouve aussi les français Crédit Mutuel (4ème avec 46 fonds), Lazard (6ème avec 42), Rothschild (7èmeavec 41), Natixis (9ème avec 34) et CNP (10ème avec 32).

Au total, les fonds orphelins représentent environ 25 % de l’univers total des fonds en Europe avec une taille médiane de seulement 16,6 millions d’euros. Ces 3.751 fonds représentent un encours de 80 milliards d’euros. En termes de classes d'actifs, ce sont les fonds d'allocation qui comptent le plus de ces produits.

Le problème de ces fonds est que la performance n’est pas au rendez-vous. Près d’un tiers des fonds orphelins ont une note négative, selon le Morningstar Quantitative Ratings, contre 15 % pour l’univers européen dans son ensemble. Seuls 21,8 % ont une note positive. De plus, ces produits sont chers : les frais courants médians pour un fonds orphelin sont de 1,71 %. Pire, pour un fonds noté négativement, les frais montent à 2,18 % ! Enfin, Morningstar estime que ces fonds restent ouverts trop longtemps : la durée de vie médiane d’un fonds orphelin est de 12,5 ans.

« Le nombre élevé de ces fonds montre que le secteur a lancé bien trop de fonds dont les investisseurs ne veulent pas. Et bien que le niveau total des actifs dans ces fonds soit faible, notre analyse montre que les investisseurs ayant investi de l’argent dans ces produits sont souvent désavantagés. En outre, si les sociétés de gestion ne rentabilisent pas la gestion des fonds orphelins, alors leur présence continue est en réalité subventionnée par les frais des autres fonds, ce qui laisse penser que même les investisseurs dans des fonds parfaitement bons pourraient avoir des frais plus faibles si les sociétés étaient plus disciplinées en matière de fermeture des petits fonds », estime Morningstar.