La Fed repousse l'échéance de hausse des taux

La Réserve fédérale a réduit ses perspectives de croissance pour 2016 et 2017. Elle ne ferme toutefois pas la porte à une hausse des taux cette année.

Sans surprise, la Réserve fédérale américaine (Fed) a maintenu ses taux inchangés à l'issue de sa réunion de politique monétaire (FOMC) mercredi soir.

La situation économique américaine (la banque centrale a abaissé sa prévision de croissance 2016 à 2%, contre 2,2% en mars, et celle de 2017 à 2% contre 2,1% il y a trois mois), les récents mauvais chiffres de l'emploi et la perspective d'un Brexit en Europe l'ont dissuadée de se lancer dans une deuxième phase de hausse après celle de décembre 2015.

La Fed continue toutefois de tabler sur au moins une hausse cette année. «Je ne peux pas garantir que cela aura lieu lors de la prochaine réunion ou lors des deux prochaines, mais ce pourrait être le cas, a estimé la présidente Janet Yellen. Il n'est pas impossible que d'ici à juillet, par exemple, nous observions des chiffres qui nous conduisent à conclure que nous sommes dans une situation parfaitement adaptée.»

Toutefois, la perspective de double hausse des taux cette année est beaucoup moins évidente que précédemment. Six des 17 gouverneurs et présidents des antennes régionales de la Fed intègrent dans leurs prévisions une seule hausse de taux d'ici à fin décembre, soit cinq de plus qu'il y a trois mois.