La distribution transfrontalière de fonds s’accroît

Adrien Paredes-Vanheule
Les ventes de fonds transfrontaliers représentaient environ la moitié des ventes totales de fonds en Europe en 2018 et 2019.
Fotolia

L’univers des fonds d’investissement européens pesait 17.700 milliards d’euros d’encours fin 2019 soit 11.000 milliards d’euros pour les fonds Ucits et 6.700 milliards pour les fonds d’investissement alternatifs (FIA). Ces 63.291 fonds, recensés fin 2019 par l’association européenne de la gestion d’actifs (Efama), ont collecté au total 542 milliards d’euros l’an dernier. Des flux positifs qui ont majoritairement profité aux fonds obligataires Ucits ayant drainé 303 milliards d’euros à eux seuls et bénéficié de l’impact des politiques des banques centrales selon Thomas Tilley, économiste senior à l’Efama.

Parmi les tendances majeures du marché, l’association observe dans son FactBook 2020 une augmentation des ventes de fonds transfrontaliers, vendus dans un ou d’autres pays que celui où le fonds est domicilié. Celles-ci ont représenté environ la moitié des ventes de fonds en Europe en 2018 et en 2019 mais se sont cependant déroulées principalement… hors d’Europe, en Asie et aux Etats-Unis notamment. Par conséquent, dans la majorité des marchés européens, la proportion d’encours des fonds transfrontaliers - 7.800 milliards d’euros au total fin 2019 selon la BCE - restait sensiblement basse (de 0,3% à 24% des encours totaux selon les marchés) comparée à celle des fonds domestiques fin 2019. Seuls Chypre (49%), Malte (77%), l’Irlande ainsi que le Luxembourg (92% chacun) disposaient d’une part importante d’encours de fonds transfrontaliers.

«Ce n’est pas un paradoxe que les fonds transfrontaliers européens se soient davantage vendus hors d’Europe ces deux dernières années. Ce n’est pas le cas tous les ans. Cela tient d’abord aux conditions de marché», explique Thomas Tilley. Selon l’économiste, les marchés de fonds domestiques ne sont à première vue pas compatibles avec l’Union des marchés de capitaux à venir qui, elle, pousse davantage à la distribution transfrontalière de fonds. Il estime néanmoins qu’il y a de la place pour chaque marché.

Record de ventes d’ETF en Europe

La hausse des ventes de produits d’investissement passifs (ETF) est une autre tendance qui se dégage dans la distribution de fonds européenne. En 2019, les ETF Ucits ont enregistré un nouveau record selon l’Efama en collectant 104 milliards d’euros, soit 26,7% des ventes de fonds Ucits en Europe l’an dernier. «Nous n’avons pas de données précises concernant les acheteurs d’ETF mais il s’agit davantage d’investisseurs institutionnels et de fonds que de clients retail», précise Thomas Tilley. Fin 2019, les encours des ETF Ucits en Europe s’élevaient à 859 milliards d’euros, soit 7,9% des encours totaux de la gestion d’actifs européenne.

Côté investisseurs, assureurs et fonds de pension demeuraient les premiers détenteurs de parts de fonds (41,8%) devant les intermédiaires financiers (24,8%) et les ménages (23,8%). L’Efama s’inquiète d’ailleurs de la réduction de la proportion des ménages parmi les détenteurs de parts de fonds, passée de 29,4% en 2009 à 23,8% en 2019.