La Banque mondiale relève ses prévisions de croissance

La Banque mondiale a néanmoins souligné les risques liés à l'accès « très inégal » aux vaccins contre le Covid-19.
DR

 

La Banque mondiale a porté mardi sa prévision de croissance mondiale pour cette année à 5,6% afin de prendre en compte l'ampleur des mesures de relance prévues aux Etats-Unis et l'accélération de la reprise en Chine tout en soulignant les risques liés à l'accès « très inégal » aux vaccins contre le Covid-19.

La nouvelle prévision de l'institution spécialisée dans le financement du développement est supérieure de 1,5 point de pourcentage à la précédente, présentée en janvier avant l'entrée en fonctions de l'administration Biden à Washington.

Depuis, l'accélération des campagnes de vaccination dans de nombreux pays développés a renforcé leurs perspectives de rebond mais les prévisions sont à la traîne pour les pays émergents et à bas revenus.
Reprise inégale

« Cette reprise est inégale et reflète pour une bonne part des rebonds forts dans certaines grandes économies - particulièrement les Etats-Unis grâce à un soutien budgétaire important - dans le contexte d'un accès aux vaccins très inégal », écrit ainsi la Banque mondiale (BM) dans ses nouvelles perspectives économiques.

Conséquence du retard pris par la vaccination dans de nombreux pays: en 2022, l'activité économique mondiale devrait rester inférieure de 2% à son niveau d'avant la pandémie et deux tiers environ des pays émergents n'auront toujours pas compensé les pertes de revenus par habitant subies l'an dernier, explique l'institution.

Si l'accès aux vaccins était accéléré, explique Ayhan Kose, économiste de l'institution, la croissance mondiale 2022, prévue pour l'instant à 4,3%, pourrait avoisiner 5%.

Pour les Etats-Unis, la Banque mondiale a relevé sa prévision 2021 de 3,3 points de pourcentage à 6,8%, ce qui serait la meilleure performance de l'économie américaine depuis 1984, grâce à un soutien budgétaire présenté comme « sans précédent en temps de paix ».

Les prévisions ont été relevées de 0,6 point pour la zone euro, à 4,2%, comme pour la Chine, à 8,5%.

Pour les pays émergents dans leur ensemble, la Banque mondiale table sur une croissance de 4,4% en 2021, soit un point de plus qu'en janvier.