ISR : clients et distributeurs se rejettent la faute

Pour 26 % des épargnants, le frein principal à l’investissement responsable est l’absence d’offre de la part de leur conseiller. Pourtant, une majorité de banquiers et CGP affirment en proposer à tous leurs clients.
Crédit : Pixabay

Les distributeurs sont pointés du doigt par leurs propres clients. CPR AM et Insight AM publient aujourd’hui leur baromètre de l’investissement responsable (1). Il en ressort que si l’ISR progresse dans les mentalités, dans les faits des freins persistent, notamment les conseillers qui ne joueraient pas suffisamment le jeu.

85 % des épargnants disent n’avoir jamais reçu de proposition de produit responsable de la part de leur conseiller. Pour 26 % d’entre eux, ce manque de pro-activité est le second frein à l’ISR, en progression par rapport à l’année précédente (24 %) et surtout devant les frais et la performance.

Or, 52 % des conseillers disent proposer à tous leurs clients des produits ISR. Pour 41 % d'entre eux, c’est le manque d’intérêt des investisseurs qui freine la commercialisation de ces placements. C’est le serpent qui se mord la queue..

Les principaux freins rencontrés par les épargnants pour investir dans un produit ISR

 

Toutefois, du côté des épargnants, le manque d’informations demeure le principal frein. Un manque qui pourrait et devrait être comblé par les conseillers, mais seuls 40 % disent très bien connaitre l’ISR, 59 % avouant le connaitre « un peu ». Si la majorité considère qu’elle dispose de toute l’information dont elle a besoin pour sélectionner les produits (51 %), 45 % juge cette information insuffisante et surtout non standardisée, ce qui complique les comparaisons.

Avis des conseillers sur l'information disponible pour sélectionner les produits ISR et effectuer leurs reportings

 

(1) : Baromètre "Les épargnants et l’investissement responsable - Quel regard les épargnants et les conseillers portent-ils sur l’IR en 2020?" , décembre 2020

Pour les épargnants : étude réalisée sur la base de 1 045 personnes possédant une assurance-vie, un PEA ou un compte titres, et/ou ayant une épargne de plus de 10 000€, interrogées par Opinion Way en novembre 2020 via un questionnaire autoadministré en ligne.
Pour les conseillers : étude réalisée auprès de 475 personnes (75 conseillers en banques privées et 400 conseillers en gestion de patrimoine), interrogées par Spoking Polls sur la base de données Insight AM en novembre et décembre 2020 via des entretiens en ligne et téléphoniques.