Generali veut passer au vert foncé

Generali prévoit d’augmenter la part des entreprises vertes dans son actif général et de se départir progressivement des entreprises dont les activités sont liées au charbon. Son exposition actuelle y est évaluée à 2 milliards d’euros.

Le Groupe Generali vient de préciser sa stratégie Climat qui touche aux investissements et à la souscription des risques. En matière d’investissements, l'assureur a indiqué prévoir d’augmenter la part des entreprises vertes dans son actif général et de se départir progressivement des entreprises dont les activités sont liées au charbon. En matière de souscription, la gamme de produits avec une orientation environnementale sera également élargie, en conservant un niveau minimum d'exposition au secteur du charbon.


Dans le détail, pour son actif général, Generali s’est engagé d’ici 2020 à augmenter les investissements dans les secteurs “verts” de 3,5 milliards d’euros (principalement à travers des green bonds et le financement d’infrastructures vertes). A ce titre, l'établissement évaluera son plan d'actions chaque année et pourra revoir ses objectifs à la hausse. En outre, l'assureur a annoncé qu'il ne fera aucun nouvel investissement dans les entreprises associées au secteur du charbon. Pour définir les activités en question, Generali utilise des critères précis. Il s'agit  d'entreprises dont plus de 30% des revenus proviennent du charbon, ou pour lesquelles plus de 30% de l'énergie produite provient du charbon. A cela s'ajoute les sociétés minières qui produisent plus de 20 millions de tonnes par an de charbon et  les entreprises activement impliquées dans la construction de nouvelles installations ou usines de charbon.

Dans ce cadre, concernant son exposition actuelle dans ce secteur évaluée à  2 milliards d’euros environ, Generali prévoit d'éliminer progressivement ses placements obligataires en les portant à échéance ou en envisageant la possibilité de les céder avant l’échéance. Seule exception à ce principe : lorsque les pays où la production d'électricité et de chauffage reste dépendante du charbon sans qu’il n’y ait d’alternative à moyen terme. Au niveau des souscriptions dans le domaine de l'assurance dommages, Generali s’est aussi engagé à augmenter la part en portefeuille des primes liées aux secteur des énergies renouvelables. Les offres de produits ayant une valeur environnementale sont également appelées à se développer (comme par exemple ceux en matière de mobilité durable ou d’efficacité énergétique), qu’ils soient destinés aux individus, aux professionnels ou aux PME, précise un communiqué. Seule exception : dans les pays où l'économie et l'emploi sont fortement dépendants du secteur charbonnier? Dans ce cas, Generali entretiendra avec les émetteurs, les clients et les autres parties prenantes "un dialogue constant, en suivant avec attention leurs plans de réduction des impacts environnementaux, leur stratégie de transition vers des activités à faible impact environnemental, et les mesures envisagées pour protéger les communautés et les citoyens", indique-t-il.