Fidelity va revoir la structure de ses frais de gestion sur ses fonds actions

Alors que la valeur ajoutée de la gestion active fait débat, Fidelity joue l'alignement des intérêts de ses clients sur les siens. Sur sa gestion actions, les frais de gestion fixes baissent tandis que ceux basés sur une surperformance apparaissent.
Fotolia

Fidelity International veut jouer la carte gagnant-gagnant avec ses clients. Sous les coups de butoirs réglementaires, Brian Conroy, qui préside la société de gestion s'est dit convaincu de nécessité de modifications fondamentales dans la façon de tarifer ses services. Dont acte. Fidelity International opte pour un nouveau modèle de frais de gestion dédié à l’ensemble de sa gestion actions gérée activement. En pratique, les frais de gestion annuels sont réduits tandis que des frais de gestion variables liés à la performance des fonds sont mis en place et ce de manière symétrique. Basé sur un partage du risque et de la performance (« Fulcrum » modèle), une surperformance nette de frais sera partagée avec le client. A l'inverse, lorsque la performance se situera au même niveau ou en dessous du benchmark, les clients bénéficieront de niveaux de frais plus faibles. Par ailleurs, les frais payés par les clients seront encadrés dans une fourchette et seront assujettis à un plafond et à un plancher. Ce changement important sera mis en oeuve avec les clients de la société de gestion dans les mois à venir. "Il nous parait essentiel de donner à chacun de nos clients le choix d’adopter la mise en place de cette nouvelle tarification qui a pour objectif d’aligner pleinement nos services à leurs besoins", indique dans un communiqué la société américaine.

Dans un autre genre, Fidelity a rappelé qu'elle soutenait pleinement l'objectif de la règlementation MIFID II sur la question de la recherche externe. "Pour autant", précise-t-elle, "le débat s'est concentré de manière trop prononcée sur les différents modèles de paiement de la recherche externe plutôt que sur le coût total de la gestion financière et la valeur ajoutée que cette dernière peut apporter". Dans cet esprit, et pour la gestion action gérée activement, le modèle CSA-RPA (Commission sharing agreement - Research Payment Account) pour la recherche externe adopté par l'établissement, introduit une réduction de ses frais de gestion de base au moins équivalente au coût de la recherche en question. Cela étant, Fidelity précise que pour les clients qui souhaitent simplement réduire leurs coûts et ne veulent pas payer pour une gestion active, elle entend étendre sa gamme de fonds indiciels à faible frais de gestion.