Federal Finance Gestion (Arkéa IS)

Federal Finance Gestion (Arkéa IS)

Les marchés actions ont poursuivi leur hausse en juin, s’appuyant sur des anticipations de baisse de taux directeur de la Fed. Cependant, les tensions au Moyen Orient qui affectent le prix du pétrole et la possibilité d’une hausse - suspendue dans l’immédiat - de taxes supplémentaires sur 325 milliards d’importations chinoises entretiennent un réel manque de visibilité. Par ailleurs, les situations politiques en Italie et en Grande-Bretagne restent confuses.
 Certains membres de la Fed ont récemment rappelé que, lors du FOMC du 31 juillet, la banque centrale restera pragmatique et « agira de façon appropriée ». De nouveaux chiffres économiques ou développements géopolitiques peuvent encore influencer sa future décision. Elle a prévenu qu’une baisse des taux de 0,50 % en juillet n’était pas assurée. La perspective d’un ralentissement progressif de l’économie US vers sa croissance potentielle (soft landing) permet cependant d’envisager une, voire deux baisses de taux directeurs en 2019.
 La BCE a profité, le 6 juin, de la fenêtre ouverte par la Fed, pour se montrer elle aussi très accommodante. Elle a repoussé au deuxième semestre 2020 ses hausses de taux et pourrait envisager de nouvelles actions d’assouplissement si la situation le nécessitait en Zone euro. 
 Les taux des obligations ont poursuivi leur détente tant aux USA qu’en Zone euro. Malgré la hausse du prix du baril, la dégradation du solde budgétaire américain et la perspective d’une remontée de l’inflation en fin d’année, les marchés entérinent la poursuite de politiques monétaires accommodantes tant que l’inflation restera faible et que l’économie mondiale ralentira. La baisse des taux longs ayant été forte depuis la fin 2018 (plus de 50 bp sur les titres d’Etat), ils se situent à des niveaux très bas. Il en est de même pour les spreads de crédit, et le potentiel de performance des marchés obligataires est désormais très limité.
 Après la hausse récente des indices actions, des risques de déception demeurent et le deuxième semestre pourrait être plus difficile.
La croissance des résultats 2019 est revue à la baisse tant en Europe qu’aux Etats-Unis. Les perspectives 2020 restent pour l’instant de bon niveau, mais elles nous semblent optimistes compte tenu des incertitudes économiques et politiques, liées au protectionnisme larvé, perturbant les décisions d’investissement des chefs d’entreprise.
 Enfin, les anticipations de récession aux Etats-Unis  en 2020 pourraient à nouveau se renforcer. Après leur forte hausse de début d’année (près de +20 %), les marchés pourraient être tentés de reprendre leur souffle. Une consolidation n’est pas exclue, d’autant que la hausse s’est principalement effectuée sur un nombre limité de secteurs. Cette situation nous incite à adopter une attitude prudente dans la gestion de nos portefeuilles.
 Le manque de visibilité lié aux incertitudes politiques et économiques est un facteur important pour justifier cette position ; en revanche, nous n’adoptons pas un repli radical car la recherche de rendement devrait continuer à nourrir les flux vers des actifs à risque.
 Sur la partie obligataire, nous avons récemment diminué notre sensibilité aux taux, en considérant que l’essentiel de la baisse était réalisé à court terme.
Le niveau de rémunération rend les obligations Investment Grade nettement moins attractives.
 Nous avons tendance à privilégier des classes d’actifs qui présentent un niveau de portage plus élevé : dette privée et dette émergente. Sur le Haut Rendement, nous avons une position neutre car la corrélation au marché des actions pourrait affecter négativement ce marché.
 Sur les actions, nous diminuons actuellement nos expositions sur l’ensemble des marchés de pays développés, à l’exception du Japon, qui semble sous-évalué. Nous sommes également prudents sur les marchés émergents dont les perspectives de croissance sont incertaines.
 En position de sécurité, nous privilégions le cash en dollar, du fait d’un « carry trade » favorable contre l’euro, et nous avons également pris position sur des valeurs refuges (or, mines d’or…). Enfin, nous renforçons également les actifs décorrélés (ex. : stratégie de volatilité…).  
Federal Finance Gestion (Arkéa IS)


Points forts du marché
Politique monétaires accommodantes
Taux long terme très bas
Flux : recherche de rendement sur les actifs à risques

Points faibles
Incertitudes sur négociations USA-Chine
Endettement élevé, conjugué à une faible liquidité des marchés
Perspectives de résultats revues en baisse


► Monétaire - Dollar   +
► Monétaire - Euro   +
► Obligations IG   -
► Obligations HR   =
► Dette privée   +
► Obligations émergents   =
► Actions Euro   - 
► Actions US   
-
► Actions Japon   =
► Actions Emergents   -
► Or   +
​► Volatilité   +