Emmanuel Macron promet 15 milliards d’euros de baisses d’impôts

Outre de nouvelles baisses d'impôt, les «transmissions populaires» seraient facilitées et la transmission en ligne indirecte allégée. Comme annoncé la semaine dernière, l'âge légal de départ à la retraite serait progressivement porté à 65 ans.
DR

Emmanuel Macron, candidat à un second mandat présidentiel en avril, a dévoilé jeudi 17 mars les grands axes de son programme lors d'une conférence de presse à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). Un projet «d'émancipation, de progrès pour chacun» mais aussi d'adaptation face aux crises et au «retour du tragique», a déclaré le chef de l'Etat.

Sur le front économique et du patrimoine, le locataire de l'Elysée a promis de nouvelles baisses d'impôt s'il est réélu, à hauteur de 15 milliards d'euros par an. Cette baisse serait répartie pour moitié entre les ménages et les entreprises. «Nous supprimerons la CVAE [cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises] qui représente 7 milliards d’euros, en plus des 10 milliards d’euros d’impôts de production», a-t-il indiqué.

Faciliter les «transmission populaires»

Par ailleurs, le Président sortant s’est positionné pour faciliter les « transmissions populaires » et alléger la transmission en ligne indirecte. Il a apporté quelques détails supplémentaires lors de la présentation de son programme. L’abattement sur les successions serait réhaussé de 100.000 à 150.000 euros en ligne directe pour tenir compte de l’évolution des prix de l’immobilier. L’abattement pour les neveux et nièces serait aussi revu à la hausse, sans qu’un chiffre n’ait été donné à ce stade. Un abattement spécifique serait également créé pour les enfants et petits-enfants de conjoint.

Enfin, comme annoncé la semaine dernière, Emmanuel Macron a indiqué que l'âge légal de départ à la retraite sera progressivement porté à 65 ans. Les carrières longues et les questions d'invalidité, la réalité des métiers et des tâches devront être prises en compte dans la négociation.

Au total, le coût du programme serait estimé à 50 milliards d'euros par an d'ici à 2027. Environ 15 milliards seraient financés par le plein emploi et la réforme des retraites, 15 milliards par des réformes de simplification, et 20 milliards par la réduction du coût de fonctionnement de l'Etat.