Fonds systématiques

Edmond de Rothschild accélère sur les fonds Quam

Le gestionnaire intègre les produits quantitatifs Quam dans sa nouvelle Sicav luxembourgeoise EDR Fund
Ils seront désormais distribués activement dans toute l’Europe et principalement en France, en Allemagne et en Suisse
Mathieu Gilbert, directeur des gestions quantitatives et overlay chez Edmond de Rothschild Asset management

Si la gamme Quam de fonds diversifiés est loin d’être nouvelle – elle utilise une stratégie créée il y a 16 ans –, elle va maintenant connaître un nouvel essor. Alors que ces fonds étaient jusqu’à présent commercialisés dans une Sicav luxembourgeoise de seulement trois compartiments (comprenant uniquement les trois produits de la gamme), ils vont être maintenant intégrés à la nouvelle Sicav luxembourgeoise du groupe (dont le nom générique est EDR Fund) et pourront ainsi bénéficier de tous les contrats de distribution qu’Edmond de Rothschild pourra nouer avec les distributeurs.

La stratégie, qui totalise déjà 1,2 milliard d’euros sous gestion sous la marque Rothschild et plus de 3 milliards d’euros en prenant en compte les différents produits de marque blanche, va donc maintenant être distribuée encore plus activement auprès de la clientèle française. « L’intégration de la gamme Quam dans la Sicav luxembourgeoise EDR Fund nous permet de proposer ces produits en France – mais aussi en Suisse ou en Allemagne – à de nouveaux clients distributeurs auxquels nous n’avions pas forcément accès », explique Mathieu Gilbert, directeur des gestions quantitatives et overlay chez Edmond de Rothschild Asset Management.

Le risque au cœur du processus.

Si le gestionnaire veut développer la distribution de ces produits, c’est que « les investisseurs veulent aujourd’hui non seulement trouver du rendement dans un univers de taux bas, mais aussi – et surtout – maîtriser leur risque ». Et la maîtrise du risque est justement un des fondements des produits de cette gamme. « Les fonds Quam ont avant tout comme objectif de respecter une limite de volatilité fixée (5, 10 et 15 % selon les produits). Notre travail consiste à maximiser ensuite leur performance sans dépasser ces limites », explique le gérant. Ce n’est donc pas un hasard si l’équipe qui gère ce fonds est la même que celle proposant des solutions dites « overlay », c’est-à-dire venant s’ajouter aux gestions traditionnelles afin d’en limiter les risques.

Univers d’investissement large.

Le processus de gestion de la gamme Quam s’appuie sur une méthodologie exclusivement quantitative. Son univers d’investissement est constitué de 1.200 fonds (dont environ une centaine d’ETF) sur toutes les classes d’actifs (actions, monétaire, produits de taux…) de toutes zones géographiques et gérés à partir de stratégies dites « longues ». « Nous n’intégrons pas, dans nos fonds, de produits alternatifs ou utilisant, dans leur processus de gestion, des techniques de vente à découvert pour les fonds actions », précise Mathieu Gilbert.

Après avoir identifié cet univers, la seconde étape consiste, pour le gérant, à construire 20 portefeuilles diversifiés, intégrant chacun une soixantaine de produits. « Chaque fonds sous-jacent est présent dans un seul portefeuille. Seuls les ETF peuvent être présents dans plusieurs d’entre eux. Nous obtenons donc des portefeuilles diversifiés – représentatifs du monde financier traditionnel – dont la corrélation reste proche, mais constitués de véhicules différents », observe Mathieu Gilbertt.

Ensuite, pour chacun des 20 portefeuilles, le gérant applique un filtre pour n’y conserver que les fonds (ou les ETF) présentant une tendance positive sur les derniers mois. A partir de cette liste réduite, il construit 20 portefeuilles optimaux (avec les méthodes traditionnelles d’optimisation de portefeuille développées par Harry Markowitz dans les années 50) pour chaque niveau de volatilité maximal qu’il s’est fixé. Enfin, le gérant agrège tous les portefeuilles optimisés présentant le même niveau de risque dans un seul et même fonds. Ainsi, le fonds Quam 5 est composé de 20 portefeuilles optimisés avec chacun une volatilité maximale de 5.

Lissage dans le temps.

Une des originalités de cette gamme tient aussi au fait que si le gérant, dans les fonds Quam, agrège bien 20 portefeuilles, il n’intervient, sur chacun d’entre eux, qu’une fois par mois. Ainsi, ce n’est qu’au bout de 20 jours ouvrés que tous les portefeuilles du fonds auront été revus.

« Chaque jour de Bourse, nous intervenons sur un vingtième du fonds. Cela nous permet de lisser les à-coups de marché et de ne pas réagir trop brutalement à un événement ponctuel », explique le gérant.