Dépendance

Des investissements nécessaires pour la Société et profitables pour les actionnaires

Jacques-Antoine Philippe : Managing Director - Colville Capital Partners & Mathieu Philippe : Managing Director - Colville Capital Partners
La dépendance est un sujet qui s'impose à tous. Et dans le monde de la gestion, Il est également source de performances, à l'instar de la Sicav Silver Autonomie qui revendique ce thème d'investissement.

« Nous sommes tous concernés et pourtant, la question de la dépendance n’intéresse pas le monde de la finance, tout comme il intéresse peu celui de la Politique ». Le constat tiré par Jean-Pierre Mottura, directeur général de la Caisse de Prévoyance des Agents de la Sécurité Sociale et Assimilés (CAPSA), au cours de l’année 2014 pointait l'absence de fonds d’actions cotées traitant du sujet de la dépendance - alors qu'il existait déjà des produits d’épargne dédiés à la thématique du vieillissement. Avec, en particulier, la prise en compte de la volonté des personnes dépendantes de rester chez elles, le plus longtemps possible dans les meilleures conditions qui soient. Conscient de la nécessité de répondre à ce besoin, Jean-Pierre Mottura a dans un premier temps fédéré plusieurs investisseurs institutionnels français pour lancer en 2015 un véhicule financier, la Sicav Silver Autonomie. Trois ans plus tard, cette dernière affiche une performance de 22,72 % soit une surperformance par rapport à son indice (le MSCI EMU net div en hausse de 15,42 %) de plus de 7 points de pourcentage, avec un draw down beaucoup moins élevé. Constatant que la « Megatrend » est connue - la population vieillit massivement - et que le corollaire est l’explosion du nombre de personnes dépendantes du fait du « grand âge », de nouvelles maladies, de nouveaux besoins apparaissent qu’on ne peut pas simplement réduire à l’investissement en maisons de retraites.
Dans ce cadre, Silver Autonomie a opté pour une démarche alliant à la fois  « Impact Investing »  - les sociétés en portefeuille doivent avoir une activité qui bénéficie au maintien à domicile des personnes dépendantes - et la recherche du profit. Concrètement, l'OPCVM est investie selon une méthodologie Bottom – Up. Les sociétés en portefeuille doivent être exceptionnellement profitables en disposant de cash-flow prévisibles, et de retour sur capitaux investis élevés (20% minimum). Elles doivent être également durablement protégées de la compétition, avec un faible risque de disruption technologique. Enfin, elles doivent être gérées par un management de qualité, aux intérêts alignés à ceux des actionnaires et disposer d’opportunités de réinvestissement par croissance organique, et/ou externe raisonnablement valorisées.

Le portefeuille de la Sicav traite alors de 4 grandes sous-thématiques :

1.    Adapter le domicile pour réduire la dépendance

Il s’agit de prévenir les risques d’accidents domestiques, faciliter l’accès des lieux de vie, sécuriser les personnes et les biens, maintenir le lien social, simplifier la vie quotidienne ou encore surveiller la qualité des soins prodigués à domicile.
A titre d’exemple, Air Liquide prend en charge 1,1 million de patients atteints de maladies chroniques dont le traitement nécessite un équipement médical d’assistance respiratoire, de perfusion ou d’assistance nutritionnelle. Somfy, une PME française leader mondiale des mécanismes de volets roulants a développé une offre domotique qui facilite le maintien à domicile en permettant d’automatiser les mécanismes d’ouverture de logements (volets, portes, portails), et de gérer l’environnement du domicile (lumière et chauffage).

2.    Prévenir, diagnostiquer et soigner les maladies liées au vieillissement


Les maladies liées aux vieillissements sont nombreuses et des progrès immenses sont réalisés dans les domaines du cancer, du diabète, d’Alzheimer, Parkinson, de l’ostéoporose, de l’arthrite, de la cataracte, du glaucome, de la dégénérescence musculaire ou encore de l’insuffisance rénale. Ici aussi il existe des sociétés exceptionnelles leaders mondiales dans leurs domaines. Citons par exemple, Becton Dickinson, leader mondial des instruments d’administration de médicaments (seringues,…). Grâce à ses innovations, le patient souffre moins et les risques d’accident du personnel soignant se réduisent d’années en années.

3.    Rester autonome grâce aux prothèses et à la chirurgie


Les prothèses améliorent significativement les conditions de vie des personnes en situation de dépendance. Sonova est le leader mondial dans les prothèses auditives avec une part de marché de 25%. En France, la surdité touche près de 5 millions de personnes. Seulement 15% sont appareillées... Les progrès de la chirurgie non invasive rendent les opérations, moins douloureuses et plus sures. Elle réduit les cicatrices, diminue les douleurs, le nombre d’accidents, les complications et les durées d’hospitalisation. La robotique a permis de grandes avancées. Intuitive Surgical par exemple, est le leader mondial de la chirurgie robotisée. Son robot Da Vinci, permet des interventions mini-invasives pour les opérations sensibles liées au vieillissement : hystérectomie, opérations de la prostate, colorectales et gastro intestinales.

4.    Favoriser le bien être par la consommation

Il s’agit de la consommation de produits de parapharmacie (Steradent, Nurofen) et de protection contre l’incontinence. Les sociétés leaders retenues dans ces domaines sont Reckitt Benckiser, Kimberly Clark et Essity.


Investir dans le maintien à domicile des personnes dépendantes permet d’avoir un investissement à impact mais aussi de bénéficier des avantages d’une tendance de fonds : la dépendance. Comme toujours, les écueils sont nombreux. Il est donc important de rester très discipliné quant aux choix des sociétés dans lesquelles on investit.