Marchés

De rares fonds flexibles conservent un biais positif

Joël Antoine
Les corrélations entre classes d’actifs ont progressé, ce qui réduit l’avantage de la diversification
Dans ce contexte, ce sont les profils les plus agressifs qui peuvent le mieux s'adapter
Fotolia

Les gérants de fonds flexibles deviennent soudainement de plus en plus nerveux face à l’évolution de leur environnement, car tout faux pas se trouve sanctionné par un recul immédiat de la valeur liquidative de leurs fonds, alors que leur horizon naturel se situe plutôt à douze ou dix-huit mois. Heureusement pour eux, les processus d’investissement, toujours très stricts, encadrent leurs marges de manœuvre, ce qui les préserve des pressions excessives. En outre, jusqu’à ces dernières semaines, la croissance mondiale continuait à envoyer des messages plutôt rassurants.