11ème édition Allianz Global Weath Report

De l'exceptionnel pour les patrimoines financiers en 2019

Les actifs financiers bruts dans le monde ont bondi de + 9,7% pour atteindre l'an passé 192 000 milliards d’euros

Les banques centrales et les pouvoirs politiques plus forts que les laboratoires pharmaceutiques. Face à la crise sanitaire, ces acteurs ont comme vacciné ou insensibilisé les patrimoines financiers. Selon la onzième édition de l'Allianz Global Weath Report parue ce matin, qui analyse les actifs et passifs financiers des ménages dans plus de 60 pays, au prix d’un arsenal monétaire et budgétaire sans précédent, les actifs financiers mondiaux devraient afficher ainsi, depuis le début de l’année, une progression de +1,5 % au terme du deuxième trimestre. Ce chiffre est à mettre en perspective avec l’évolution des dépôts bancaires, en hausse de 7%,  mais il permet aux analystes d’Allianz de tabler sur des actifs financiers des ménages privés dans le vert à la fin de l’année.
Plus impressionnant encore, le rapport pointe également une année 2019 "exceptionnelle" pour les actifs financiers bruts dans le monde. « Ces derniers ont bondi de + 9,7% pour atteindre192 000 milliards d’euros », soit leur plus forte progression depuis 2005. Une situation qui s’explique par le large assouplissement monétaire des banques centrales qui ont profité aux marchés d'actions. Ces derniers décorrélés des fondamentaux, ont gagné 25%,entraînant dans leur sillage les actifs financiers. Selon l’étude d’Allianz, les titres ont progressé de 13,7% l’an dernier.

A noter également un changement important l’an passé : la croissance des patrimoines financiers la plus forte a eu lieu dans les pays les plus riches. Pour la troisième année consécutive, l’effet « rattrapage » dont bénéficiaient les marchés émergents n’a pas joué. En chiffres, en Amérique du Nord et en Océanie,les actifs financiers bruts des ménages ont respectivement augmenté de 11,9 % - un record, indique le rapport. Il ressort que les écarts de richesse entre pays riches et pays pauvres se creusent de nouveau. « En 2000, les actifs financiers nets par habitant étaient 87 fois plus élevés en moyenne dans les économies avancées que dans les marchés émergents. En 2016,ce ratio était tombé à 19. Et depuis il est remonté à 22", relève l'étude.

Les Français plus riches et endettés

Pour la France précisément, Allianz indique que les ménages ont vu leurs actifs financiers bruts progresser de 9 % en 2019. Cette hausse la plus forte depuis 2006 s’explique naturellement par les titres, la classe d’actifs ayant bondi de 13,5%. Les dépôts bancaires et l'assurance et  les pensions ont également sensiblement augmenté. De 5,7% pour les dépôts, contre une moyenne annuelle de 3,8% depuis plus de dix ans, et de 8,8% pour l’assurance et les pensions, contre une moyenne sur  le long terme de 4,9%.

Le rapport note que les Français ont continué à s’endetter et sont quasiment les seuls dans ce cas en Europe (avec les belges et les finlandais). Les passifs progressent de 6,2 % et le ratio d’endettement (passifs en% du PIB) augmente légèrement à 74,1%.

Enfin, les actifs financiers nets ont in fine augmenté de 10,4%, une hausse spectaculaire. Avec 63381 euros d’actifs financiers nets par habitant, la France se maintient à la15 ème place du classement des 20 pays les plus riches, devant ses voisins, l’Italie et l’Allemagne. Loin derrière les Etats-Unis, en tête (209 524 euros), ou les Néerlandais fortement détenteurs d’actions, en quatrième position (114 287 euros)