Cryptomonnaies : Tilvest cible la gestion privée et les CGP

Mathilde Castagna
Un mois à peine après avoir obtenu son enregistrement PSAN auprès de l’AMF, Tilvest propose aux banques privées, family offices et gestionnaires de patrimoine un accès aux cryptomonnaies.

Les banques privées, les family offices et les gestionnaires de patrimoine (CGP) peuvent désormais inclure des cryptomonnaies à leurs allocations de portefeuilles via le service de Tilvest. «Les intermédiaires ne sont pas facturés pour l’utilisation de nos services, ils sont rémunérés selon le volume de capital qu’ils apportent», explique Julien Romon, président de Tilvest. La fintech déploie des stratégies d’investissements adéquates aux demandes de ses clients et les accompagne dans la compréhension des cryptomonnaies , explique le président. La fintech prévoit de déployer des stratégies d’investissements adéquates aux demandes de ses clients et de les accompagner dans la compréhension des cryptomonnaies.

La jeune compagnie a intègré la liste des prestataires de services sur actifs numériques (PSAN), le 13 septembre dernier. Moins d’un an après son lancement, en décembre 2021, elle comptabilise 500 millions d’euros d’encours et annonce une levée de fonds de 500.000 euros. Au tour de table, des investisseurs issus de la finance comme Johann Rivalland, président d’UBS La Maison de Gestion, mais aussi des noms du secteur des crypto-actifs dont Claire Balva et Alexandre Stachtchenko de KPMG, Bilal El Alamy d’EquiSafe et Brian O'Hagan de Sorare. 

La jeune société offre trois mandats de gestion basés sur le profil de risque. Une stratégie «rendement» via notamment l’immobilisation de stablecoins. Mais aussi, une stratégie équilibrée qui repose sur le bitcoin et les ethereum et une solution «grande capitalisation» qui est composé des 10 à 20 premières cryptomonnaies en termes de capitalisation. Tilvest propose aussi un service custody et de change fiat.