CPR AM va lancer un fonds sur les inégalités sociales

Le fonds se base sur cinq critères d'analyse : les politiques fiscales de redistribution, les revenus moyens et le marché du travail, la santé et l’éducation, la diversité ainsi que les droits humains et les accès basiques.
Climate Finance Day - (Crédit photo : Laurence Marchal)

Par Laurence Marchal, Newsmanagers (Groupe L’Agefi)​

CPR Asset Management va très prochainement lancer un fonds Social Impact sur la réduction des inégalités sociales, a annoncé sa directrice générale, Valérie Baudson, au cours du Climate Finance Day qui se tenait vendredi à Paris.

La filiale d’Amundi a dans cette optique mis au point une méthodologie spécifique.

« Quand on cherche à travailler sur les investissements qui favorisent la réduction des inégalités, il est compliqué d’accéder à des données, de comprendre, de modéliser, parce qu’on parle de l’humain », a expliqué Valérie Baudson. « Par ailleurs, c’est un sujet éminemment local, bien plus que le sujet environnemental », souligne-t-elle. « Il faut donc d’abord travailler sur une référence pays. Car si on veut avoir une idée des efforts que réalise une société, il me semble essentiel de comparer ces efforts par rapport à son pays de référence », souligne la dirigeante. « Si nous ne faisions pas cela et que nous voulions investir sur des sociétés bien-disantes sur le plan social, nous nous retrouverions avec des portefeuilles actions mondes remplis de sociétés suédoises, ce qui n’est pas possible ! ».

Pour analyser les Etats sur les inégalités, cinq critères ont été passés au crible : les politiques fiscales de redistribution, les revenus moyens et le marché du travail, la santé et l’éducation, la diversité ainsi que les droits humains et les accès basiques.

Ces cinq critères ont été adaptés aux entreprises afin de pouvoir les comparer aux Etats et les utiliser dans la gestion des portefeuilles. Ainsi, CPR AM étudie la politique fiscale d’une entreprise, sa politique salariale, sa politique santé, protection des employés et de formation, sa politique en matière de diversité et sa politique sur sa capacité à apporter des produits de base aux populations.

« Ces cinq critères seront comparés à ceux des Etats et CPR AM cherchera à identifier les entreprises les mieux disantes par rapport aux pays dans lequel l’entreprise a son siège ».

Ce travail sur le social vient compléter celui réalisé sur l’environnement par CPR AM et qui, pour Valérie Baudson, sont indissociables. « Travailler uniquement sur l’environnement serait une énorme erreur », dit-elle.

Sur l’environnement, CPR AM met aussi la dernière main à une méthodologie « 2 degrés » qui lui permettra de calculer les émissions de gaz à effet de serre des entreprises et donner une température à chaque société en portefeuille et aux portefeuilles.