Fonds thématique

CPR AM lance un fonds de fonds multithématique

La société de gestion lance CPR Invest Megatrends constitué de neuf produits thématiques du groupe Amundi
Les gérants pourront décider de l’allocation entre les différents thèmes selon les configurations de marché
Florian Peudevin et Guillaume Uettwiller,

Vieillissement de la population, évolution des modes de vie, défis environnementaux, essor de la technologie… Les grandes mutations engagées aujourd’hui et qui façonneront le monde de demain ne manquent pas. Et c’est justement sur ces thèmes que s’appuient depuis plusieurs années les équipes de gestion thématique de CPR pour développer une gamme de fonds d’actions, qui doivent, sur le long terme, profiter de ces changements.

Univers défini. Même si le gestionnaire reste persuadé que, sur le très long terme, les thèmes choisis pour les différents fonds performeront mieux en moyenne que l’ensemble des actions, il n’empêche que certaines configurations ou certains cycles de marché peuvent momentanément se révéler plus ou moins favorables à l’un ou l’autre de ces thèmes. C’est pour cette raison que le gestionnaire a décidé de lancer CPR Invest Megatreds, un fonds d’actions internationales dont l’allocation est élaborée à partir de neuf fonds d’actions thématiques gérés par CPR, mais aussi par les autres structures du groupe Amundi. Ainsi outre cinq fonds de CPR (Silver Age, Disruptive Opportunities, Lifestyles, Global Ressources et Food For Generations), le gérant a intégré dans sa sélection un fonds Ucits sur les infrastructures et Equity Emerging Focus, tous deux gérés par Amundi, le fonds Water, géré par KBI Global Investors et Global Ecology géré par Pioneer. Ces produits constituent la base du portefeuille de Megatrends et ont vacation à toujours être présents dans le fonds.

Vue globale. Pour effectuer leur allocation, chaque mois, les gérants du fonds, Florian Peudevin et Guillaume Uettwiller, se livrent à un bilan complet de ces fonds – certains d’entre eux se livrant eux-mêmes à des allocations, leurs caractéristiques peuvent varier – et échangent avec les gérants pour évaluer les opportunités et les risques qu’ils peuvent conjoncturellement présenter.

Ensuite, le comité thématique de CPR se réunit et, à partir des anticipations à trois mois sur les marchés élaborées en interne, les gérants de Megatrends se forgent leurs convictions sur chaque thématique. Celles-ci sont alors implémentées dans le portefeuille. L’exposition à chacun des fonds pourra être comprise entre 6 % et 16 % (soit un écart de plus ou moins 50 % par rapport à une exposition moyenne de 11 %), en fonction de l’attrait de la thématique. A noter que ce poids pourra être adapté en fonction du niveau de risque de chaque fonds et de sa corrélation avec les autres sous-jacents. Au total, de 80 % à 100 % du fonds Megatrends sera investi sur ces supports.

Correction. Une fois cette allocation établie, les gérants examinent leurs positions globales par transparisation, c’est-à-dire en agrégeant toutes les positions des différents fonds qui composent le produit. Dans le cas où un secteur ou un thème serait surreprésenté, ou au contraire pas assez présent alors même que les gérants estiment qu’il peut représenter une opportunité, ceux-ci peuvent corriger cette allocation en intervenant sur les marchés à terme sur les différents secteurs. « Aujourd’hui, dans l’univers des neuf fonds sélectionnés, le secteur financier est, par exemple, très peu présent, explique Florian Peudevin. Or, aujourd’hui, nous estimons que l’environnement est propice à ce secteur. Nous avons donc augmenté, via des indices, l’exposition du fonds aux financières ».

Une clientèle multiple. CPR destine ces fonds à tous types de clients, aussi bien institutionnels que particuliers ou distributeurs, et pour une clientèle française ou internationale du groupe. « Certains clients voulaient un produit de cœur de portefeuille avec une solution d’allocation clé en main qui permet de pallier le fait que des thématiques peuvent, momentanément, se révéler peu adaptées à certaines conditions de marché », résume Guillaume Uettwiller.