Bpifrance ressuscite son fonds patriotique ouvert aux épargnants

Laurence Pochard
Annoncé il y a plus d’un an, le véhicule qui devait ouvrir le portefeuille non-coté de la banque publique aux Français va voir le jour malgré la conjoncture.

« Avec la crise, le projet paraissait planté pour longtemps car la valeur intrinsèque du portefeuille allait tomber ». Nicolas Dufourcq, le directeur général de Bpifrance, avait en avril presque remisé au placard le fonds « patriotique » annoncé en mars 2019. Ce dernier devait en effet racheter une partie du portefeuille de fonds de private equity dans lesquels Bpifrance est souscripteur à un prix de marché pour permettre aux épargnants d’y accéder, et par là-même de participer au financement de l’économie réelle. « Mais en fait les entreprises ont résisté et la valeur des fonds privés au 30 juin 2020 est supérieure à celle du 30 juin 2019, tous segments confondus, a constaté Nicolas Dufourcq. Nous avons donc relancé le sujet dans l’été. Même si la valeur du portefeuille à la fin du premier semestre est inférieure malgré tout à celle de fin 2019, et que les valorisations des portefeuilles non-cotés enregistrent souvent plus lentement leurs moins-values que leurs homologues cotés.

Etablir le prix des actifs

Le feu vert a été donné il y a trois semaines pour lancer l’opération. Le fonds comportera des participations dans des fonds de capital investissement représentant par transparence une exposition diversifiée à 1.500 entreprises françaises à différents stades de maturité. Pour fixer la valorisation aux conditions du marché, « nous allons en vendre une partie à des institutionnels pour faire le prix en secondaire », précise le directeur général de la banque publique.

Pour l’instant, il s’agit d’une seule institution financière, « qui sera révélée le moment venu », poursuit-il. Le produit sera ensuite distribué par des banques et des assureurs, avec un ticket d’entrée minimum fixé à 5.000 euros pour l’épargnant. A voir si ce produit aux sous-jacents illiquides trouvera sa place en face des autres supports d’épargne, surtout dans un contexte de décollecte de l’assurance vie.