Blaise Matuidi fait son entrée sur le terrain du venture

Aroun Benhaddou
Son fonds d'investissement compte soutenir une vingtaine de start-up dans les deux prochaines années.
Blaise Matuidi

En juillet 2021, Blaise Matuidi confiait à L’Agefi les difficultés rencontrées par les sportifs de haut niveau dans leur gestion de patrimoine. Une interview sans concession où le champion du monde de football 2018 évoquait notamment les désalignements d’intérêt et les escroqueries dont étaient victimes ces partenaires de terrain. Huit mois plus tard, la star du ballon rond a matérialisé ses propos en un projet bien défini. Elle vient de mettre en orbite un fonds d’investissement baptisé Origins. Sa particularité ? Avoir réuni une cinquantaine d’athlètes et d’entrepreneurs pour investir dans des jeunes pousses du jeu-vidéo, des cryptos, du Web et de la santé.

Parmi les noms entourant l’ancien milieu de terrain du Paris Saint-Germain (PSG) et de la Juventus de Turin figurent N’Golo Kanté (Chelsea FC), Kingsley Coman (Bayern Munich), Olivier Giroud (AC Milan), Presnel Kimpembe (PSG), Paulo Dybala (Juventus FC) et Miralem Pjanic (Besiktas JK). Mais aussi des sportifs provenant d’autres horizons, comme Antoine Dupont, rugbyman évoluant au Stade toulousain et dans l’équipe de France. Enfin, des entrepreneurs du calibre de Maurice Lévy (Publicis) et de Sophie Mechaly (Paul & Joe) ont également répondu à l’appel. Pour réunir ses grands noms, Blaise Matuidi n’est pas parti seul dans l’aventure. Le projet est aussi porté par Ilan Abehassera, le dirigeant de l’éditeur de logiciels Dots, ainsi que par Salomon Aiach, gérant chez Earlybird Venture Capital.

Deux deals dans les filets

Si le montant réuni par le fonds n’est pas connu, les fondateurs précisent toutefois que ce dernier est en mesure d’investir en moyenne entre 100.000 et 500.000 dollars et qu’il compte soutenir une vingtaine de start-up dans les deux prochaines années. Origins compte déjà deux deals dans ses filets : Ugami, un éditeur de solutions financières pour les gamers, et Yumon, une plateforme pour influenceurs.

La proximité entre les mondes du sport et de l’investissement n’est pas nouvelle mais prend de l’ampleur. Initié aux Etats-Unis, le mouvement a trouvé un écho particulier ces dernières années sur le Vieux continent, comme en témoigne les investissements de Blaise Matuidi dans Icare Technologie et Slatch. Sorare, la plateforme de NFT, avait quant à elle attiré Antoine Griezmann (Atlético de Madrid), Gérard Piqué (FC Barcelone) et la tenniswoman Serena Williams.