Bertelsmann choisit Bouygues et TF1 pour prendre le contrôle de M6

Yves-Marc Le Réour
Le groupe de BTP détiendra 30 % d'un nouvel ensemble dont le chiffre d’affaires devrait atteindre 3,4 milliards d’euros.
(Bloomberg)

Le groupe Bouygues, sa filiale TF1, RTL Group et M6 ont annoncé lundi soir avoir conclu des protocoles d'accord d'entrée en négociations exclusives en vue de fusionner les activités de TF1 et M6. Bouygues précise qu'il détiendra 30 % de la nouvelle entité et que l'Allemand Bertelsmann en conservera 16%. Pour obtenir cette répartition, Bouygues prévoit de racheter 11 % de la nouvelle entité pour 641 millions d'euros auprès de RTL, avec lequel le groupe de BTP formerait une action de concert. La fusion serait réalisée sur la base d'un échange de 2,10 actions TF1 pour une action M6. Elle serait accompagnée du versement d'un dividende spécial de 1,50 euro par action pour les actionnaires de M6.

Bouygues faisait partie avec Vivendi des candidats ayant transmis une offre pour le rachat de la participation de contrôle détenue par Bertelsmann. «La consolidation est une impérieuse nécessité pour que le public français et l'ensemble de la filière continuent de jouer un rôle prédominant face à une concurrence internationale exacerbée qui connait une accélération fulgurante», a déclaré le président du directoire de M6, Nicolas de Tavernost, qui sera proposé comme PDG de la nouvelle société. L'actuel PDG de TF1, Gilles Pélisson, sera de son côté nommé directeur général adjoint du groupe Bouygues en charge des médias et du développement.

En cas de succès de la transaction, ce rapprochement entre les deux premiers groupes français de télévision gratuite représentera un bouleversement du paysage audiovisuel tricolore, notamment en matière de recettes publicitaires. Il est cependant jugé nécessaire par de nombreux acteurs du secteur pour contrer la concurrence des plateformes de vidéos en ligne comme Netflix, Amazon prime ou Disney+.

Sur la base des données pro forma 2020, le chiffre d'affaires du groupe fusionné s’élèverait à 3,4 milliards d’euros pour un résultat opérationnel courant combiné de 461 millions. Les synergies annuelles sont estimées entre 250 et 350 millions d'euros au niveau du résultat d’exploitation avant amortissement des survaleurs dans les trois ans suivant la fusion et le nouveau groupe distribuerait 90% de son cash-flow libre sous forme de dividendes. Le projet a été approuvé à l'unanimité par les conseils d'administration de Bouygues, TF1 et RTL et par le conseil de surveillance de M6. La finalisation de l’opération est attendue d'ici à fin 2022, sous réserve d'approbation par les actionnaires et les autorités de la concurrence.