Bank of America étrille le bitcoin

Pauline Armandet
Dans un rapport, la banque émet de nombreuses réserves vis-à-vis du cryptoactif mais reconnaît l'intérêt de la finance décentralisée.

Bank of America penserait-elle tout haut que ce que d'autres banques pensent tout bas? Alors que certaines études de grandes banques, à l’instar de JPMorgan ou Goldman Sachs, reconnaissent les potentialités du bitcoin, Bank of America (BofA) est beaucoup plus sévère. La deuxième plus grande banque américaine considère qu’il n’y a « aucune bonne raison de posséder des bitcoins, à moins que vous ne voyiez les prix monter », dans un rapport intitulé Les Vilains Petits Secrets du bitcoin que L’Agefi a pu consulter.

La banque américaine cite à cet égard les quelques sociétés, dont Tesla ou encore Square, qui ont choisi d’investir une partie de leur trésorerie en bitcoin. Ce dernier est «corrélé aux actifs à risque», le rendant «exceptionnellement volatil, ce qui le rend peu pratique en tant que réserve de valeur ou mécanisme de paiement», souligne la banque. Ainsi, le principal argument pour détenir des bitcoins en portefeuille «n'est pas la diversification, la stabilité des rendements ou la protection contre l'inflation, mais plutôt l'appréciation pure et simple des prix», ajoute BofA.

La banque émet aussi des réserves au sujet des monnaies digitales de banque centrale (MDBC) qu'elle qualifie de «kryptonite pour les cryptomonnaies». Elle considère toutefois que la finance décentralisée (DeFi) est intrigante. Pour elle, l’ethereum, la deuxième cryptomonnaie en termes de capitalisation, dispose «de meilleurs outils pour résoudre» les défis de la DeFi, en comparaison avec le bitcoin. Elle reste pour autant réaliste : la finance décentralisée est «intéressante, mais elle est petite et peine à se généraliser». De plus, elle n’offre pas de «proposition de prêt convaincante à l’heure actuelle, et sa diversification la rend difficile pour le marché de masse».

Depuis quelques mois, Bank of America s’intéresse aux potentialités de la blockchain. Cet été, elle a déposé une demande de brevet portant sur une blockchain associée au développement d'un nouveau wallet pour crypto-monnaies, s'ajoutant aux 60 autres brevets déposés par la banque dans ce domaine.

L’analyse de BoA s'inscrit à contre-courant de certaines récentes publications de grandes banques, qui se montrent plus ouvertes au bitcoin. Dans une note parue la semaine dernière, Deutsche Bank admet que le «bitcoin est trop gros pour être ignoré». De même, les analystes de JPMorgan considèrent que le «bitcoin est là pour rester» tandis que Goldman Sachs pense qu’un «point de non-retour» a été atteint sur le marché.