Arkéa IS s’apprête à étoffer sa gamme de spécialités

Réjane Reibaud
La société a présenté son nouveau plan 2021-2024 et ses objectifs sur les infrastructures, l’immobilier, les thématiques et le monétaire.

Pour Sébastien Barbe, président du directoire d'Arkéa IS l’activité de gestion du Crédit Mutuel Arkéa, le job est fait. «On a réussi ce qu’on avait à faire dans le cadre du plan 2016-2020», se réjouit le dirigeant qui s’est désormais engagé dans un nouveau projet à 4 ans. En 2016, le groupe de gestion s’était fixé parmi ses objectifs de devenir un «archipel de spécialistes». En son sein, devaient se tenir des spécialités qui soient à la fois responsables et puissent résister aux différentes configurations de marché. Côté chiffres, en 4 ans, les encours ont progressé d’un tiers à 60 milliards d’euros, avec une collecte nette cumulée de 11 milliards d’euros sur la période (dont 2,7 milliards en 2020).

Pour 2024, Arkéa IS veut développer une nouvelle expertise dans la dette Infrastructure notamment via Schelcher Prince Gestion en recrutant de nouvelles équipes. Le groupe devrait aussi accélérer dans la gestion thématique ESG (Swen projette de lancer un fonds d’impact sur les océans par exemple), dans la gestion immobilière (Arkéa REIM, issu du rachat de Catella AM, doit obtenir un agrément de société de gestion pour lancer notamment des OPCI et SCPI) ou dans la gestion monétaire. Sur ce dernier segment Arkéa IS a dépassé les 6 milliards d’euros d’encours sur son fonds phare. «Nous voulons changer de division sur le monétaire, mais pas être le plus gros car il y a toujours des risques cachés derrière le monétaire. Nous souhaitons être en mesure de contrôler ces risques pour nos clients comme nous avons pu le faire lors de la période de tension en mars de l'année dernière», explique Sébastien Barbe.

La structure compte toujours s’appuyer sur son côté «responsable».  Les fonds ESG et labellisés ISR sont passés d’un encours de 126 millions à 6 milliards aujourd’hui, grâce au lancement de nouveaux produits et l’adaptation de produits existants. Quasiment tous les fonds (à 96%) sont aujourd’hui regardés sous un angle ESG. L’analyse des critères extra financiers occupe d’ailleurs cinq personnes à temps plein dans la partie «cœur» d’Arkea IS c’est-à-dire Federal Finance Gestion et Schelcher Prince Gestion.

La société compte enfin maintenir sa rentabilité. A la fin de l’année dernière, Arkéa IS a vu ses revenus dépasser 100 millions d’euros pour la première fois, avec un résultat net de 35 millions d’euros. Le nombre de salariés est quant à lui passé de 189 à 310 en quatre ans, tous types d'affiliés confondus. Il a réussi à améliorer encore son coefficient d’exploitation à 50%, parmi l’un des meilleurs du secteur avec celui d'Amundi.