Arkéa IS décidera cette année du sort de sa participation dans Mandarine Gestion

Réjane Reibaud
Le groupe qui avait pris 15% du capital en 2017 et injecté environ 600 millions d'euros d'encours dans ses fonds estime que cinq ans constitue un bon moment pour faire le point.

Le sort de Mandarine Gestion sera tranché cette année. C'est ce qu'il est ressorti d'une conférence de presse organisée par Arkéa Investment Solutions ce 7 avril sur ses ambitions de développement. Le groupe, désormais piloté par François Deltour, s'est en effet fixé plusieurs priorités pour 2022. "La première est de réussir le lancement effectif de deux grandes activités", a indiqué François Deltour. Il s'agit de la dette d'infrastructures développée chez Schelcher Prince Gestion et de l’immobilier après l’acquisition des activités françaises du suédois Catella, devenues Arkéa Real Estate. L'autre priorité "est celle de prendre une décision sur notre gestion actions".

Dans cette activité, le groupe agit depuis cinq ans via un partenariat capitalistique et commercial avec Mandarine Gestion, une boutique de gestion fondée par Marc Renaud et spécialisée dans les actions. Il avait pris 15% du capital en  2017 et injecté environ 600 millions d'euros d'encours dans ses fonds. "Marc Renaud a déclaré publiquement qu’il ne restera pas éternellement dans la gestion d’actifs et cela va faire cinq ans que nous avons un partenariat capitalistique et commercial avec Mandarine. Cinq ans, c’est un bon moment pour faire le point", estime François Deltour.

Le dirigeant entend "prendre des décisions sur notre stratégie actions". "Tout n’est pas finalisé à date, mais l’élément important à mentionner est qu’Arkea IS a vocation à être plus présent sur cette classe d’actifs qui nous semble extrêmement importante. Et comme vous le savez, aujourd’hui, nous sommes minoritaires chez Mandarine Gestion.", a-t-il ajouté.

Selon lui, être propriétaire à 100% de Mandarine "fait partie des scénarios possibles. Le scénario idéal est d’être plus présent sur les actions, au-delà d’une participation minoritaire". Mais François Deltour a voulu montrer que d'autres solutions étaient à disposition. "Un autre scénario possible est un développement interne de la partie actions comme nous avons pu le faire pour la dette infrastructure. Un autre encore, est de travailler avec un ou plusieurs partenaires autres, où l’on aurait une place un peu plus importante", explique-t-il

Le groupe a rappelé que, pour Mandarine, deux enjeux se présentaient pour 2022 après une bonne année 2021 où elle a collecté 200 millions d'euros pour atteindre un encours de 3,5 milliards d'euros. Il s'agira pour la boutique de poursuivre son développement de produits à impact dans la lignée du succès rencontré avec "Mandarine Global Transition" par exemple, et de continuer la diversification internationale de la clientèle en particulier en Suisse alémanique, même si aujourd’hui déjà plus de 30% des encours proviennent de l’étranger.