Achats en ligne : bientôt l'authentification au premier euro

La sécurisation progressive des paiements s'inscrit dans le cadre de la trajectoire prévue par la directive DSP2.
Mediamodifier

1.000 euros en janvier, 500 euros en février, 250 euros en mars. La « baisse progressive » - telle que décrite par la Fédération bancaire française dans un communiqué - du montant au-dessus duquel l'authentification forte doit s'appliquer lors d'un achat en ligne est plutôt radicale. A partir d'aujourd'hui, la majorité des banques, en concertation avec les acteurs de l'écosystème des paiements (associations d'e-commerçants, réseaux de cartes, fournisseurs d'infrastructures) et sous la coordination de l'Observatoire sur la sécurité des moyens de paiement (OSMP), vont la mettre en oeuvre pour les achats de plus de 100 euros. L'étape finale, au premier euro, débutera mi-mai.

Concrètement, les banques s'engagent à décliner temporairement les transactions en l'absence d'authentification forte, en demandant la réitération de la transaction avec une authentification valide. Une procédure « soft decline » conforme au plan de migration des e-commerçants vers des plateformes adaptées prévu par la directive européenne sur les services de paiements 2 (DSP2).