Fonds d'investissement

40 milliards de dollars d'encours ont été gelés en mars en Europe

Laurence Marchal
L'agence Fitch Ratings reconnait que ce montant pourrait même être supérieur, l'Esma ayant communiqué sur 100 milliards d'euros d'encours gelés en Europe.
Fotolia

Au moins 76 fonds européens représentant un encours de 40 milliards de dollars ont suspendu leurs souscriptions et rachats en mars 2020 en raison d’une hausse des demandes des remboursements des investisseurs inquiets de la volatilité des marchés provoquée par la pandémie du coronavirus, estime Fitch Ratings.

La véritable ampleur des mécanismes de plafonnement des rachats (ou gates) imposés aux investisseurs est toutefois supérieure, vu que les sociétés de gestion restent discrètes sur le sujet, souligne l’agence de notation. L’Autorité européenne des marchés financiers (Esma) a d’ailleurs déclaré que des fonds qui avaient appliqué en Europe un mécanisme de plafonnement des rachats ou autres mesures extraordinaires relatives à la liquidité en mars totalisaient 100 milliards d’euros .

L'Europe du Nord en première ligne

Sur les 76 fonds recensés par Fitch, 60 sont des fonds gérés par des sociétés implantées en Europe du Nord. Cette surreprésentation refléterait des standards de transparence plus élevés des gestionnaires de cette région, estime Fitch. Nombre d’entre eux ont en effet ouvertement communiqué sur le gel de leurs fonds sur leur site Internet. En termes de domicile, le Luxembourg a représenté la part du lion des suspensions de fonds, ce qui s’explique par sa position dominante en Europe pour la domiciliation des fonds. En France, Fitch n’en a recensé qu’un seul, celui d'Exane Investments. Le français Axiom AI en a pourtant annoncé aussi de son côté.

La grande majorité des suspensions de souscriptions et rachats a été provoquée par des problèmes de valorisation des titres, analyse Fitch Ratings. Cela a notamment concerné l’immobilier (au Royaume-Uni) et le marché obligataire. Il y a même eu le cas d’un ETF qui a gelé les souscriptions et rachats en raison d’un problème de valorisation. Il s'agit d'un ETF coté à la Bourse de Helsinki, le Seligson & Co OMX Helsinki 25 Exchange Traded Fund. Plusieurs fonds ont rouvert mais certains sont en train d’être liquidés, indique Fitch, sans toutefois préciser le nombre de ces derniers.

Fitch ne pense pas que pas que le niveau des suspensions de fonds pose un risque immédiat au système financier dans son ensemble. « Le volume des fonds gelés reste faible par rapport aux encours totaux du secteur des fonds en Europe (environ 19.000 milliards de dollars à fin 2019). Toutefois, l’interconnexion du système financier signifie que les suspensions de fonds peuvent se diffuser, ce qui augmente le risque de contagion », observe l’agence.

Des suspensions de fonds pourraient être plus nombreuses pour les fonds présentant des déséquilibres en termes de liquidité, et qui sont exacerbés lorsque les rachats affluent dans un laps de temps très courts. Les déséquilibres sont les plus fréquents pour les fonds investis dans les actifs les moins liquides et qui détiennent des montants limités d’actifs liquides. Les fonds exposés aux titres de faible qualité et aux secteurs soumis à un stress plus grands sont aussi plus susceptibles d’être gelés, conclut Fitch.