Diagnostic du HCSF

Un remède pire que le mal ?

Norbert Fanchon, président du directoire du groupe Gambetta
Le HCSF appelle les banques à respecter un taux d’effort maximal de 33 % du revenu net de l’emprunteur, une durée de crédit de moins de 25 ans, et un endettement inférieur à sept années de revenus
Les contraintes imposées sont de nature à déstabiliser encore plus le corps social, à dérégler le marché immobilier et à accroître encore la défiance des secteurs financiers et économiques

Le Haut conseil de stabilité financière (HCSF) a présenté son diagnostic des risques et des vulnérabilités potentielles susceptibles d’affecter le secteur financier français. Dans son rapport, le HCSF, s’il réaffirme son attachement aux caractéristiques du modèle de financement du logement en France - « des crédits à taux fixes, pour des maturités raisonnables, octroyés sur la base d’une analyse de la capacité de remboursement des ménages » - adopte cependant une recommandation de nature à le déséquilibrer durablement.