Investissement

Un investissement responsable et rentable

Par Marc Gedoux, président de Pierre Etoile
Investir dans l'immobilier neuf est un acte engageant pour la préservation de la planète, mais également un placement de premier choix
A l’aube de la nouvelle réglementation environnementale RE 2020, l’innovation écologique impulse la mise en œuvre de nouveaux procédés comme la limitation de l’étalement urbain ou le cradle-to-cradle

La préoccupation environnementale verdit tous les discours. Pourtant, dans l’immobilier, un argument est souvent oublié : le choix du neuf par un particulier est un acte fort pour la planète, en même temps qu’un très bon placement patrimonial.

L’impact écologique de l’ancien est en effet déplorable. Les déperditions de chauffage dues aux vieilles fenêtres provoquent des pics d’émissions de gaz à effet de serre. Ce gaspillage place les vieux immeubles parmi les secteurs les plus polluants de l’ensemble des activités économiques avec en France plus de 25 % des émissions de CO2. Il occupe ainsi la place peu enviable de 2ème secteur économique le plus polluant juste dernière celui des transports. Leur part de responsabilité dans le dérèglement climatique est donc patente. A l’inverse, les nouveaux logements répondent à des normes de plus en plus strictes en matière de construction et de plus en plus performantes en termes d’économie d’énergie. Leur empreinte écologique peut ainsi être limitée puisqu’ils consomment de trois à cinq fois moins d’énergie que l’ancien, ce qui se traduit automatiquement par un allègement de la facture d’énergie des ménages. A l’instar des efforts très importants qui sont demandés, dans les trois années à venir, au secteur de l’automobile pour réduire drastiquement ses émissions de CO2 et autres polluants, le Bâtiment a déjà accompli sa « révolution ». L’étape suivante c’est la construction de bâtiments à énergie positive (BEPOS), produisant plus d’énergie qu’ils n’en consomment, et de maisons passives, dépensant très peu d’énergie et recyclant celle qu’elles produisent, avec la prochaine réglementation environnementale (RE 2020) applicable dès le début de l’année prochaine. Ces bâtiments à énergie positive doivent ainsi avoir, d’une part, une consommation de chauffage inférieur à 12kwhep/m2, et d’autre part, une consommation totale d’énergie inférieure à 100 kwh/m2.

Imaginez si l’on exigeait que les voitures futures ne consomment plus aucune énergie fossile et compensent toute l’électricité qu’elles consomment pour rouler. C’est pourtant l’objectif qui est fixé pour les prochains bâtiments neufs les plus vertueux.   

En outre, l’innovation écologique étant au cœur des préoccupations, beaucoup de logements neufs sont intégrés dans des nouveaux écoquartiers, qui garantissent une préservation de la biodiversité, créant ou préservant des ilots de fraicheurs par de nombreuses plantations d’arbres, sans oublier de nouveaux modes de transports sains (mobilité douce). Les promoteurs accordent en effet une attention particulière au choix de l’emplacement, en faisant en sorte qu’il soit bien desservi par les transports en commun. Les acquéreurs sont ainsi incités à privilégier la marche ou le vélo, en tout cas, à moins utiliser leur véhicule, et limiter d’autant plus la pollution.

Dans cette optique, le logement neuf favorise également la mise en œuvre de différents procédés tels que la limitation de l’étalement urbain, et l’augmentation des espaces non construits en sous-sol afin de préserver au maximum les espaces naturels, mais aussi le « cradle to cradle », qui consiste à réutiliser la matière première d’un produit arrivé en fin de vie et permet ainsi de limiter l’impact environnemental de ces nouveaux logements.

Partant du constat que l'air intérieur est à minima deux fois plus pollué que l'air extérieur, un autre atout des immeubles neufs est la qualité de l’air intérieur grâce à l’utilisation de matériaux de construction non émetteur de produits solvants résiduels. Certains programmes proposent même des systèmes de dépollution de l’air, et les matériaux utilisés pour la construction ont ainsi vocation à limiter cette pollution.

Enfin, mais ce n’est pas le moindre des avantages du neuf, ce choix citoyennement vertueux est à terme récompensé sur le plan patrimonial. Une étude de l’association Dinamic (1), basée sur les chiffres des notaires, démontre que les logements arborant A ou B sur l’étiquette énergie se revendent, à surface et à emplacement égaux, de 5 à 18 % plus chers que ceux classés F ou G. L’économie est ainsi un vrai critère d’achat.  

 

(1) L’association Dinamic – Développement de l’information notariale et de l’analyse du marché immobilier et de la conjoncture – a vocation à développer l’information sur les marchés immobiliers, et publie diverses études, notamment concernant la valeur verte des logements.