L'UFC-Que Choisir dénonce une explosion des frais de syndics

Fotolia

C'est une hausse très impressionnante des tarifs que soulève l'association de consommateurs UFC-Que Choisir dans son étude menée avec l'Association des responsables de copropriété (ARC) et publiée récemment. Selon les conclusions de cette enquête, trois ans après le vote de la loi ALUR et deux ans après l'introduction du contrat type, les principaux syndics d'immeubles n'ont pas tiré les enseignements nécessaires et continuent de pratiquer des prix exorbitants aux copropriétaires.  Sont concernés les cinq principaux syndics qui représentent environ 70% du marché : Citya, Nexity, Foncia, Loiselet & Daigremont et Immo de France. 

Selon les calculs effectués par les deux associations, ces syndics proposent des forfaits beaucoup plus élevés que l'inflation moyenne observée sur les mêmes dates. Le graphique ci-dessous répertorie les hausses de tarifs, la palme revenant à Loiselet et Daigremont et à Citya.