Les taux variables rendus marginaux par la baisse des taux fixes

La chute des taux d'intérêt aura fait une victime : la production de crédits à taux variables. Depuis la mi-2015, le niveau de production se maintient au plancher. Il a d'abord baissé à 1,2% à l'été pour ensuite plafonner entre 0,5 et 0,6% entre le quatrième trimestre 2015 et le mois de février 2016, selon les chiffres de Crédit Logement. On est loin des chiffres de production enregistrés en 2004 et 2005 où ils représentaient plus d'un cinquième de la production totale de crédits.

La raison est évidemment le niveau des taux fixes qui battent des records à la baisse mois après mois. En février, ils se sont établis à 2,09% en moyenne dans le neuf et l'ancien. "L'avantage de taux conféré à l'emprunteur rend ces formules sans intérêt", explique Crédit Logement. 

Fichiers: