Les notaires commencent à étudier la valeur verte des logements

La valeur verte d’un logement, qui peut être définie comme la variation de sa valeur, prix ou loyer, imputable à sa performance environnementale, qu’elle soit liée à sa performance énergétique, à l’accès aux transports en commun, aux matériaux de construction, est aujourd’hui encore difficilement mesurable. En France, il n’existait pas jusqu’à présent d’étude permettant de donner un ordre de grandeur de la valeur verte des logements. L’exploitation des bases de données notariales a permis à l’association Dinamic, avec l’appui du ministère de l’Egalité des territoires et du Logement, de chiffrer l’impact de l’étiquette « énergie » sur le prix de vente des logements. Reconnaissant que les résultats sont affectés d’une marge d’incertitude importante, les notaires mettent ainsi en évidence des écarts de prix approchant 30 % de moins-value (classe « G ») ou de plus-value (classes « AB »).