La FNAIM vent debout contre le plafonnement de la commission des intermédiaires

La FNAIM monte au créneau sur l’article 68 de la loi de Finances, qui instaure un « plafond » de frais et commissions applicable aux intermédiaires en défiscalisation. En complément des critiques des professionnels relayées par L’Agefi la semaine dernière, Jean-Marc Torrollion, président de la fédération, enfonce le clou ce lundi 8 janvier dans une tribune libre sur cette disposition qu'il qualifie de « scélérate ».

En premier lieu, il estime que « la façon de faire, sans aucun échange avec les professionnels visés, agents immobiliers, conseils en gestion de patrimoine, réseaux de distribution divers, notamment financiers et bancaires, est une entorse au contrat de confiance que le gouvernement a prétendu passer avec les corps intermédiaires ».

Pis, ce nouvel article fait selon lui « fi de la liberté qu’ont les professionnels, qui souffrent déjà d’une suradministration du marché, de déterminer leurs honoraires ». Sans compter la « probable inefficacité » de cette mesure sur le prix final pour l'investisseur, « qui ne baissera pas forcément ». Et ce, dans la mesure où « la marge sera récupérée par le promoteur car les coûts commerciaux font partie de son montage », conclut Jean-marc Torrollion.