Angoulême, agréée Pinel et pointée du doigt

Le Laboratoire de l'Immobilier, appartenant au groupe Théséis, relève que des agréments préfectoraux rendent éligibles au dispositif Pinel des communes où le marché immobilier est pourtant excédentaire. C'est le cas de 15 communes de l’agglomération d’Angoulême qui ont obtenu l’agrément préfectoral fin 2015. En effet, en principe, la zone B2 est exclue du dispositif de réduction d'impôt Pinel sauf à ce que la communes bénéficie d'une dérogation par agrément préfectoral. « Sur les 15 communes qui viennent d’être rendues éligibles au dispositif Pinel, l’Insee recense pas moins de 5 300 logements vacants, soit 9,3 % du parc de logements. La vacance s’élève même à 12,4 % sur Angoulême qui concentre à elle seule 60 % des logements vacants répertoriés » analyse Franck Vignaud, directeur du Laboratoire de l’Immobilier qui recense plus de 800 agréments délivrés à ce jour.   « Pour qu’un marché soit équilibré, il faut construire un peu plus d’un logement pour chaque nouveau ménage (environ 1,1) afin de satisfaire les nouveaux besoins et de permettre le renouvellement du parc. Entre 1999 et 2012, ce ratio s’élève à 1,7 pour Angoulême, ce qui est  révélateur d’une très nette surproduction, dans la mesure où la quasi-totalité de ces logements est destinée à être occupée à titre de résidence principale », ajoute Franck Vignaud qui met en garde les investisseurs sur les conditions de zonage et de plafonds de loyers qui ne garantissent pas un bon investissement Pinel.