Zurich, nouvelle coqueluche des millionnaires

La ville Suisse se hisse en tête du palmarès des villes les plus recherchées par les gros patrimoines.
Crédit : Pexels

Le réseau immobilier haut de gamme Barnes a présenté ce matin son palmarès des villes les plus attractives pour les High-Net-Worth Individuals (HNWI) et Ultra High-Net-Worth Individuals (UHNWI)*. L’édition de cette année révèle quelques surprises. « Toutes les valeurs sûres d’hier ont été bouleversées », a confirmé Thibault de Saint Vincent, président du réseau lors de la conférence de presse. Des destinations considérées comme des valeurs éternellement sûres ont été détrônées du haut du classement ». Alors que New York, Londres, Hong Kong, Los Angeles et Paris caracolaient largement en tête depuis des décennies, aucune ne figure dans le Top 5 du BARNES City Index. Une première.

Zurich, Copenhague et Tokyo dans le top 3

Cette année, les grandes gagnantes du classement sont les villes où il fait bon vivre, celles reconnues « pour leur qualité de vie et où règne une grande sécurité voire une certaine sérénité », résume Barnes dans son étude. Trois critères ont été pris en compte : l’aspect pratique (qualité des infrastructures et services proposés), le lien affectif (culture, architecture…) et le volet financier (potentiel de plus-value ou de rendement).

Logée à la trentième place en 2020, Zurich fait un bond spectaculaire et ravit la première place. Centre bancaire et financier d’envergure mondiale, la ville compte 30 % d’étrangers parmi ses habitants. Elle est appréciée pour ses galeries d’art, ses musées réputés à l’international, ses restaurants étoilés, et ses boutiques de luxe. Zurich attire aujourd’hui beaucoup de jeunes diplômés, entrepreneurs et familles d’expatriés à fort pouvoir d’achat issus du monde entier. Ces nouveaux investisseurs sont principalement à la recherche d’appartements situés dans les bâtiments médiévaux de la vieille ville et de logements neuf dans les quartiers excentrés et les villages de la Goldcoast.

Dans la foulée de Zurich, Copenhague se propulse de la 35ème à la 2ème place, Miami apparaît comme l’une des grandes gagnantes de cette crise en se positionnant à la 4ème place et Stockholm occupe la 5ème. Seule rescapée du TOP 5 de 2020, Tokyo (3ème) fait figure de « ville de l’ancien monde au milieu de ces nouvelles entrantes plébiscitées pour leur qualité de vie », écrit Barnes dans son étude.

« Zurich, Copenhague, Miami et Stockholm semblent offrir mieux que toutes les autres ce qui est désormais le plus recherché par les familles fortunées dans les villes internationales, à savoir la qualité de vie, l’environnement et la sécurité », a expliqué Thibault de Saint Vincent.

Paris, la débandade

C’est la chute pour la Ville Lumière ! Paris tombe à la 7ème place, même si ses prix se sont « globalement maintenus » selon les agents de Barnes. Le réseau a toutefois beaucoup insisté sur le cas particulier de la capitale française. Ses prix sont globalement restés stables malgré des volumes de transactions en baisse modérée sur le haut de gamme. « Fin 2019, on s’approchait de la surchauffe. Les volumes de vente commençaient à baisser et on sentait naitre un déséquilibre entre l’offre et la demande », a constaté Thibault de Saint Vincent. Mais pour lui, les deux mois de confinement ont « remis les compteurs à zéro » et ont permis « d’assainir le marché ».

*HNWI : Individus ou familles détenant un patrimoine compris entre un et trente millions de dollars

UNHWI : Individus ou familles détenant un patrimoine d’au moins trente millions de dollars