Taux immobiliers : Le premier trimestre lance une dynamique de reprise très timide

La hausse des taux immobiliers engagée en fin d'année dernière n'a pour le moment pas connu d'accélération majeure, analyse le baromètre Crédit Logement - CSA dans son bilan trimestriel.

La courbe n'affiche décidément pas un creux très net, un bon signe pour les acheteurs. Le baromètre trimestriel Crédit Logement - CSA sur les taux immobiliers est venu confirmer ce qui semble clair depuis décembre dernier : la hausse des taux d'intérêts immobiliers est progressive mais très lente. Sur les trois premiers mois de l'année, le taux d'intérêt moyen, toutes périodes et tous types de biens confondus s'est établi à 1,51%, soit 20 points de base au-dessus de son niveau historiquement plancher de 1,31% en novembre 2016 (graphique ci-dessous). 

Evolution trimestrielle des taux depuis 2001
Crédit Logement - CSA

La hausse est donc très timide, et ces taux représentent toujours une très bonne opportunité d'achat. En comparaison avec le premier trimestre 2016 les taux affichent sur l'ancien une baisse de 53 points de base, et de 58 points de base sur le neuf. Les candidats à la propriété ne s'y sont d'ailleurs pas trompés : le nombre de prêts accordés est en progression de 22,4% au premier trimestre en rythme annuel (hors rachat de créances). Une dynamique "rarement observée à cette période de l'année", juge le baromètre. Il est par ailleurs à noter que la hausse dans le nombre de prêts accordés s'est particulièrement accélérée à partir d'octobre 2016, lorsque l'inversion de la courbe des taux était évoquée avec insistance (graphique ci-dessous).  

Total des prêts bancaires accordés (base 100 en 2010)
Crédit Logement - CSA

Sur ce point, la primo-accession continuer à jouer un rôle moteur. Le baromètre note que l'allongement des durées d'emprunt constatée depuis 2014 profite aux jeunes ménages. Entre le premier trimestre 2014 et le premier trimestre 2017, les crédits sur 25 à 30 ans sont ainsi passés de 19,7 à 35,9% avec une baisse très forte constatée sur les prêts entre 10 et 15 ans. L'étude note ainsi que 35,6% des de moins de 35 ans ont bénéficié d'un crédit de 25 ans et plus contre 20,5% en 2014.

Fichiers: