Succès pour MaPrimeRénov’ 

Près de 280.000 dossiers ont déposés depuis le début de l’année. 88 % des bénéficiaires se disent satisfaits du dispositif.
Source : Pexels

Ruée sur MaPrimeRénov' ! En avril, la ministre du Logement, Emmanuelle Wargon, se félicitait déjà du succès rencontré par le dispositif d'aide à la rénovation énergétique des logements. « Pour 2021, nous avons un budget de 1,6 milliard d’euros et nous en avons consommé 400 millions d’euros. MaPrimeRénov’ ne sera pas la victime budgétaire de son propre succès », assurait-elle dans les colonnes du Parisien, alors que 220.000 demandes avaient déjà été réceptionnées. Mercredi 19 mai, l’Agence nationale de l’habitat (Anah), en charge du traitement des dossiers, a confirmé l'engouement des Français et leur satisfaction envers le dispositif. Elle dit avoir reçu près de 280.000 demandes d'aides depuis le début de l'année, soit déjà la moitié de son objectif pour 2021 (500.000).

En plus de ce plébiscite, l’Agence se félicite du taux de satisfaction des bénéficiaires (88 %). Elle s’appuie pour cela sur une étude menée par l’Ipsos auprès d’un échantillon de plus de 13.500 bénéficiaires du dispositif (1). Une « très large majorité » serait satisfaite des délais de traitement des dossiers (82 %) et du montant de l’aide accordé (87 %), indique-t-elle dans un communiqué. Les bénéficiaires affirment également à 73 % que l’aide reçue correspondait au montant qu’ils avaient en tête.

Satisfaction détaillée à l’égard de MaPrimeRénov’

Source : étude Ipsos

Tous les signaux semblent donc au vert pour MaPrimeRénov’. Pourtant, les témoignages sur Internet de propriétaires rencontrant des difficultés techniques avec la plateforme sont légion. En novembre 2020, l’association UFC Que Choisir étrillait déjà les nombreux ratés de la plateforme de l'Anah. Avec comme conséquence de ralentir les ménages dans leurs travaux. L’UFC relayait notamment le témoignage d’un installateur de pôeles chaudières à granulés. « Des clients ouvrent leur dossier, mais par la suite ils sont bloqués, ou ils n’y arrivent pas du tout. C’est tout aussi insoluble pour eux que pour moi. Ils n’ont pas les moyens d’investir sans prime, et si j’avance les fonds sans certitude de remboursement, j’ai des trous de trésorerie ».

La résolution de ces problèmes techniques deviendra cruciale dans les prochains mois. La loi climat et résilience prévoit d’interdire progressivement à la location les logements les plus énergivores. Si le texte doit encore être débattu prochainement au Sénat, son adoption risque de pousser les propriétaires à se ruer sur la plateforme.

(1) : Etude Ipsos pour le Ministère de la transition écologique et solidaire, "L'opinion des usagers sur le dispositif MaPrimeRénov'", mai 2021, vague 2. Enquête en ligne, menée auprès de 13.590 personnes issues d'un fichier de personnes ayant eu recours à MaPrimeRénov'. Enquête réalisée du 27 avril au 4 mai 2021.