Rénovation énergétique : le grand chambardement

Le ministère du Logement a fait plusieurs annonces, notamment le lancement de la plateforme France Rénov, nouveau point de contact unique pour les demandes d’aides et d’accompagnement des ménages.

Chose promise, chose due. Le ministère chargé du Logement a présenté jeudi 21 octobre lors d’un point presse sa nouvelle stratégie en matière d’aide des ménages à la rénovation énergétique de leurs résidences. Il officialise ainsi plusieurs éléments déjà sortis dans la presse depuis plusieurs mois mais dont les détails tardaient à être précisés.

En la matière, le défi est grand : la loi Climat et Résilience impose la rénovation de 4,8 millions de passoires thermiques du parc privé d’ici les 10 prochaines années. Pour y parvenir, ce sont 290.000 maisons individuelles et 9.500 copropriétés qui devront être rénovées chaque année pour tenir la cadence.  Une ambition pour laquelle le gouvernement semble prêt à mettre les petits plats dans les grands. Objectif : simplifier le parcours d’aide à la rénovation énergétique des logements pour accélérer le mouvement.

France Rénov, point d’entrée unique

Alors que la loi Climat était encore discutée à l’Assemblée, la création d’un nouveau guichet d’information unique était déjà annoncée. Il est à présent confirmé et a un nom : France Rénov’. A partir du 1er janvier 2022, cette plateforme web (complétée par un numéro de téléphone) deviendra l’unique point d’entrée pour les demandes de travaux de rénovation énergétique. « Les conseillers France Renov’ seront chargés d’apporter des réponses aux ménages sur les différents aspects d’un projet de rénovation de l'habitat, qu'ils soient techniques, juridiques, financiers, voire sociaux », explique le ministère dans son dossier de presse. L’objectif présenté est de simplifier le parcours d’aide à la rénovation énergétique pour des Français parfois perdus face à l’ampleur de la tâche et les canaux multiples. C’est l’Agence nationale de l’habitait (Anah) qui sera chargée de l’animation du réseau. Le ministère promet au total plus de 450 guichets « Espaces conseil France Rénov’ » répartis sur l’ensemble du territoire français, résultant de la fusion entre les 300 espaces conseils FAIRE (1) et les 150 Points rénovation information service de l'Anah.

Mon Accompagnateur Rénov’ à l’écoute  

Une plateforme unique c’est bien, un conseiller dédié c’est encore mieux. Le ministère chargé du Logement a également annoncé la création du poste d’Accompagnateur Rénov’. Ces conseillers guideront les ménages à chaque étape de leur parcours de rénovation, « depuis l’état des lieux jusqu’à la réception des travaux, en passant par le choix des prestataires », glisse-t-on du côté du Ministère (voir ci-dessous). « Au 1er janvier 2022, les Espaces Conseil France Renov’ et les opérateurs agréés ou habilités par l’Anah seront les premiers Accompagnateurs Renov’ », indique le dossier de presse. A compter de 2023, de nouveaux opérateurs pourront être agrémentés afin de rejoindre les rangs des conseillers Accompagnateurs Rénov’. Le décret devant encadrer cet agrément devrait être publié au printemps prochain.

Dans les faits, des conseillers FAIRE et de l’Anah pouvaient déjà accompagner des ménages dans leurs projets. Le gouvernement souhaite à présent systématiser ce soutien.

Missions de Mon Accompagnateur Rénov'

Source : ministère du Logement

Habier Mieux Sérénité devient Ma Prime Rénov’ Sérénité

Du côté du financement, pas de grande révolution. Le programme d’aide Habiter Mieux Sérénité de l’Anah, destiné aux ménages les plus modestes, devient Ma Prime Rénov’ Sérénité. 5,5 millions de propriétaires y seraient éligibles. L’aide peut atteindre jusqu’à 50 % des travaux, dans la limite de 30.000 euros. Pour pouvoir en bénéficier, la rénovation doit permettre d’atteindre un gain énergétique d’au moins 35 %.  

Enfin, le ministère du Logement a rappelé l’engagement de La Banque Postale et du Crédit Mutuel à distribuer le prêt avance rénovation. « D’autres réseaux bancaires auraient déjà manifesté leur intérêt », assure-t-on. Pour rappel, ces prêts ont pour objectif d’aider les propriétaires les plus modestes (notamment les plus âgés) à engager des travaux même lorsque le reste à charge reste important malgré les aides financières. Pour cela, ils ne rembourseront leurs dettes qu’à la vente du bien ou en cas de succession (le paiement des intérêts peut également être décalé).

L'ensemble des modalités encadrant le Prêt avance rénovation sera précisé par un décret en Conseil d’Etat et un arrêté pris en application de la loi Climat et Résilience d’ici la fin de l’année 2021.

(1) : Faciliter, Accompagner et Informer pour la Rénovation Énergétique.